7 octobre 2014 : réunion (Marc Bloch, 108) et début de l’exposition (BU)

 

  • Exposition : « L’écriture des Poilus ordinaires », 7 octobre-5 décembre 2014, Bibliothèque Universitaire, Campus route de Mende

 

  • Prochaine journée « Corpus 14 » : 7 octobre 2014, 9h30-17h, Université Paul-Valéry Montpellier, bâtiment Marc Bloch, salle 108

« Pratiques de l’écrit dans la Grande Guerre : les soldats et leur famille (Allemagne, France, Italie) »

9h30-12h : État des lieux

« Corpus 14 », nouveaux fonds (Archives de Charente-Maritime et d’Ardèche), nouveau site (Agnès Steuckardt et Giancarlo Luxardo, Université Paul-Valéry Montpellier-CNRS)

Archives des départements frontaliers (Sibylle Grosse, Lena Sowada, Université de Heidelberg)

Fonds des Archivio Ligure della Scrittura Popolare  (Chantal Wionet, Beatrice Dal Bo, Université d’Avignon)

Fonds privé Charles Bruneau (Matthieu Quignard, CNRS, Lyon)

12h-14h : Déjeuner, avec Anne-Marie Motard, Directrice des Relations Internationales de l’Université Paul-Valéry Montpellier et Katja Wimmer, Responsable de l’accord-cadre Montpellier-Heidelberg

14h-17h : Pistes pour un projet européen

En fin de journée, visite de l’exposition à la Bibliothèque Universitaire, campus Route de Mende

 

  • « Corpus 14 » sur le site de la Mission Centenaire : voir l’article « La langue dans la Grande Guerre » (Agnès Steuckardt, Gilles Siouffi)

http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/la-langue-dans-la-grande-guerre

 

Point d’étape : juillet 2014

« Corpus 14 » première version est désormais en ligne sur la plateforme Ortolang :

http://www.ortolang.fr/browse/index.php?page=projectlist&lang=fr

Le corpus peut également être interrogé par la plateforme TXM :

http://portal.textometrie.org/demo/?locale=fr

Pour obtenir identifiant et mot de passe, contacter agnes.steuckardt@univ-montp3.fr

 

Prochains rendez-vous :

  • septembre-novembre 2014, exposition « L’écriture des Poilus ordinaires », Bibliothèque centrale Inter-Universitaire, Université Paul-Valéry Montpellier, campus Route de Mende.
  • 7 octobre 2014, 9h-17h, Université Paul-Valéry Montpellier, bâtiment Marc Bloch, salle 108 : Workshop « Pratiques de l’écrit. Correspondances de guerre », organisé dans le cadre de notre partenariat avec le Pr. Sybille Grosse, Université de Heidelberg.

 

Le projet a fait l’objet de plusieurs présentations nationales et internationales. En ligne :

  • « De l’écrit vers la parole. Enquête sur les correspondances peu-lettrées de la Grande Guerre »

http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2014/05/shsconf_cmlf14_01159.pdf

  • « Expériences de structuration et modélisation des contenus dans le projet Corpus 14 »

http://www.praxiling.fr/spip.php?action=acceder_document&arg=767&cle=799bf3b0a5fb5f563e5ef25aaede8511abbec44b&file=pdf%2FCorpus14_lyon.pdf

  • « Corpus 14 : une ressource pour l’analyse de l’écrit peu-lettré »

http://www.praxiling.fr/spip.php?action=acceder_document&arg=769&cle=dabb4674051573453bab2156dfdc6d390dca4a7a&file=pdf%2FCorpus_14_9_avril_en_ligne.pdf

Réunion « Corpus 14 », 20 mai 2014, 13h-15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h)

La prochaine réunion « Corpus 14 » se tiendra le mardi 20 mai, de 13h à 14h, salle Jourda et de 14h à 15h à la Bibliothèque Inter-Universitaire.

Nous entendrons  d’abord la conférence de Jean-Michel Géa, qu’il n’avait pu présenter le 18 février (ci-dessous, rappel de la présentation). Nous préparerons ensuite l’intervention de l’équipe au colloque « La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées », dont le programme peut être consulté sur :

http://www.praxiling.fr/colloque-la-premiere-guerre-mondiale-et-la-langue-approches-croisees,328.html

http://pgm2014.sciencesconf.org/

Nous rejoindrons à 14h Juliette Philippe à la bibliothèque pour la préparation de l’exposition.

 

Jean-Michel Gea (Université de Corte – LISA, UMR 6240)

Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ?

Un peu plus de trois décennies après la généralisation de l’école publique gratuite et obligatoire, les correspondances des poilus constituent une source de renseignement utile pour à la fois mesurer la substitution linguistique et les progrès de l’apprentissage de l’écriture chez les populations rurales. Dans les lettres qu’Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, dialectophones naturels, adressent à leurs proches on relève des phénomènes d’interférence, d’emprunt, de calque ou d’hybridation à mettre au compte de leur langue maternelle. On s’interrogera cependant sur la vitalité des marques dues à leur vernaculaire car le français est déjà pour eux le moyen d’échange privilégié et ultra-prédominant. À cela, on trouvera bien sûr des points d’explication dans la coexistence inégalitaire entre le français et le dialecte qui tend à exclure ce dernier de la fonction de l’écrit. Mais la dynamique de la diglossie n’est sans doute pas seule à pouvoir rendre compte du choix de la langue. Si l’on envisage la dimension énonciative et pragmatique de la lettre, la place relative du dialecte peut s’interpréter comme liée à la construction de l’identité sociale de celui qui écrit. Prendre la langue nationale comme « langue de guerre » est peut-être aussi pour l’épistolier un moyen de légitimer son rôle et sa place de soldat dans la nation en guerre.

Réunion « Corpus 14 », 1er avril 2014, 13h-15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h)

La prochaine réunion « Corpus » 14 se tiendra mardi 1er avril, de 13h à 15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h).

Nous ferons dans un premier temps un point sur l’avancement du projet :

  • Présentations récentes à l’ESPE d’Avignon par Stéphanie Fonvielle et Corinne Gomila, et au CRDP de Montpellier par Corinne Gomila (Colloque La Grande Guerre en Languedoc-Roussillon)
  • Conférence aux Archives départementales de Charente (24 avril)
  • Intervention de l’équipe au colloque « La guerre de 14 et la langue » (12 juin)

Nous rejoindrons ensuite, dans l’openspace de la BIU, Juliette Philippe, qui nous montrera les premiers projets de panneaux, pour l’exposition de septembre 2014.

Réunion « Corpus 14 », 18 février 2014, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, salle Jourda

Trois conférences pour cette réunion du 18 février, présentées respectivement par Nathalie Auger (Université Paul Valéry-Montpellier 3), Jean-Michel Gea (Université de Corte), Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) (voir présentations ci-dessous).

Après cette séance se réunira, à 16h, la commission « Exposition ».

« Corpus 14 » sera présent aussi au Writing Research Across Borders III (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense) : mercredi 19 février, 14h-18h. Symposium N2, salle 303 et Session U2/U3, salle 315.

 

Nathalie Auger (Université Paul Valéry-Montpellier 3 – Praxiling, UMR 5267)

La désignation de l’Autre

Comment nommer l’autre, l’ennemi, en temps de guerre ? Dans cet exposé, je me propose de regarder les ethnonymes utilisés dans les lettres des Poilus de 14-18 qui composent le Corpus 14. J’aborderai d’abord la façon de nommer l’autre (Boch(e), Alboch(s), Allemand, Prussien etc.).

L’analyse quantitative et qualitative du corpus permet d’aboutir à différentes conclusions. Par exemple, selon le moment de l’écriture de la lettre, l’autre est plus ou moins convoqué (plus la distance physique est proche, plus la mention de l’autre est importante). D’ailleurs, les femmes ne mentionnent jamais l’ennemi dans notre corpus.

Par ailleurs, il est remarquable que la variabilité de ces utilisations des ethnonymes est grande, non seulement du point de vue temporel, mais aussi du point de vue des scripteurs. Certains soldats nomment davantage l’ennemi que d’autres, élément qui montre l’état d’esprit des appelés par rapport à la guerre en cours. Enfin, un même scripteur peut évoluer dans sa manière d’envisager l’autre, ce qui informe sur la complexité à l’œuvre selon les événements vécus au front.

 

Jean-Michel Gea (Université de Corte – LISA, UMR 6240)

Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ?

Un peu plus de trois décennies après la généralisation de l’école publique gratuite et obligatoire, les correspondances des poilus constituent une source de renseignement utile pour à la fois mesurer la substitution linguistique et les progrès de l’apprentissage de l’écriture chez les populations rurales. Dans les lettres qu’Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, dialectophones naturels, adressent à leurs proches on relève des phénomènes d’interférence, d’emprunt, de calque ou d’hybridation à mettre au compte de leur langue maternelle. On s’interrogera cependant sur la vitalité des marques dues à leur vernaculaire car le français est déjà pour eux le moyen d’échange privilégié et ultra-prédominant. À cela, on trouvera bien sûr des points d’explication dans la coexistence inégalitaire entre le français et le dialecte qui tend à exclure ce dernier de la fonction de l’écrit. Mais la dynamique de la diglossie n’est sans doute pas seule à pouvoir rendre compte du choix de la langue. Si l’on envisage la dimension énonciative et pragmatique de la lettre, la place relative du dialecte peut s’interpréter comme liée à la construction de l’identité sociale de celui qui écrit. Prendre la langue nationale comme « langue de guerre » est peut-être aussi pour l’épistolier un moyen de légitimer son rôle et sa place de soldat dans la nation en guerre.

 

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg, UR LiLPa (EA 1339))

Les graphies des Poilus, loin des canons orthographiques

À la fin du XIXe siècle, Alfred, Ernest, Laurent et les autres ont appris à écrire, comme tous les petits Français, à l’école de la République, qu’ils ont quittée vers 11-12 ans pour aller travailler à la vigne ou dans les champs. En septembre 1914, appelés à combattre pour la France, ils ont dû se remettre à l’écriture, pour échanger des nouvelles du front avec leur famille. Leurs lettres constituent un témoignage précieux du degré de maîtrise de l’orthographe française à l’issue d’une (brève) scolarité primaire, ce qui était le cas de la majorité des Français. Dans les années 1873-1877, un inspecteur général de l’instruction primaire, Gaspard Beuvain d’Altenheim, avait fait passer une dictée itinérante à plus de 10 000 élèves du Primaire, aux quatre coins del’hexagone, donnant à sa façon, malgré des imperfections statistiques, avant les enquêtes PISA, une photographie des difficultés en orthographe des petits Français, avant les lois de Jules Ferry (Chervel & Manesse 1989 : LA DICTEE. Les Français et l’orthographe, 1873-1987, INRP/ Calmann-Lévy). Car au cours du XIXe siècle, l’orthographe devient la grande affaire du Primaire, qui va y consacrer de plus en plus de moyens (formation des maitres, exercices quotidiens de grammaire et d’orthographe, dont la dictée, …) ; la grammaire scolaire a été mise en place au XIXe siècle pour répondre aux nécessités de l’enseignement de l’orthographe grammaticale (Chervel 1977 : Histoire de la grammaire scolaire. Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français, Payot ; on a retrouvé le manuel d’Ernest Viste, Larive & Fleury, La première année de grammaire – Cours moyen (9 à 11 ans), 1897). Les lettres des Poilus et de leurs épouses nous permettent de mesurer ce qui reste de l’enseignement reçu quand on est devenu adulte.

Disons-le d’emblée, contrairement à l’enquête de Beuvain, il ne s’agit pas de relever les fautes, ni d’évoquer les lettres et leur néant orthographique, mais d’observer et d’expliquer les usages graphiques des Poilus, un peu comme les spécialistes du Moyen Age, époque où l’orthographe du français n’était pas fixée (d’ailleurs, certains usages de ceux-là se trouvent déjà dans les manuscrits du Moyen Age). On renoue ainsi avec le travail pionnier d’Henri Frei (1929, La grammaire des fautes ; Presses Universitaires de Rennes, 2011), qui avait utilisé « une partie des lettres parvenues à l’Agence des Prisonniers de Guerre » à Genève (p. 42). Ces usages se caractérisent par une grande variation graphique, que l’on peut résumer suivant quelques axes précis :

  • Ponctuation : nos scripteurs utilisent peu de signes de ponctuation (voir A. Steuckardt, « Sans point ni virgule ») et ne se servent guère des majuscules pour délimiter des phrases.
  • Démarcations graphiques : on observe systématiquement deux tendances contraires, la soudure graphique, sans apostrophes (aujourd’hui, Alfred ; parfois, en fausses coupes : l’orsque, l’etre), principalement des pronoms et des articles (jai, quil, letat, laba, tecrire, ébien), et des segmentations en mots (blancs) approximatives (passe port ; il la n’est de méme pour vous autres ; en na prenant ; na rive rapas), révélant parfois des problèmes de compréhension (je pe ta voier ; je pense quenme ten du toii avoir recu ; aicla debus ; nous vouelles ; nous sana von).
  • Accents et signes auxiliaires : comme avant le XVIIe  siècle, les accents sont rares, surtout l’accent grave (Chère Epouse) et l’accent circonflexe (eût : Alfred). On rencontre de temps en temps l’accent aigu sur é, sans que les règles d’accentuation  soient appliquées (bléssure, soignér, chér Epoux, éspoir ; répètte ) et souvent à la place des deux autres accents, surtout le grave (méme ; chévres, deuxiéme, mére, trés). Quant à la cédille, elle est assez rare (reçu ou recu, recoi), parfois placée à tort (çi (=si), çe, reçevoir).
  • Les règles de transcription (phonographiques) ne sont pas toujours respectées : enbrasse, embrase,  chausette,  mengera,  araite.  On  peut  parfois  trouver  une  explication  régionale, puisque ces personnes parlaient la langue régionale : sanger pour changer , dega pour déjà (Ernest), lingue pour linge, carriese (Joséphine). Laurent abuse du digramme au : nautre, vaux (possessifs), faurt, alaur.
  • Les régionalismes lexicaux sont plus nets, mais pas très fréquents : roustir, poutoune (bouto chez Joséphine). Les consonnes doubles sont souvent simplifiées (etonee, apprendre, somes, aplaudi, quitera) ou employées à tort (cella, consoller, parrait, carresse).
  • Les  lettres  dérivatives  (marques  lexicales)  ne  sont  pas  toujours  présentes  ou  exactes : contant, ouver, eta, ecri, coli, fon, prand).
  • L’orthographe grammaticale est massivement approximative : les conjugaisons sont souvent erronées ; les formes en E sont régulièrement mélangées (formes chanté, chanter, chantez, chantait : vous tomber, je vous direz, vous risqué, sa a etai, tu navez, tu m’envera ) ; les accords du verbe avec le sujet ne sont pas assurés (je suit, sai, repon, voit ; je vous dirait, tu souffre ; nous iron), pas plus que ceux de l’attribut (nous sommes arrivé) ; les noms ou les adjectifs devant se mettre au pluriel restent au singulier et inversement (ta lettres, la livres). La plupart écrivent santée, se souvenant sans doute de la règle scolaire du –e des féminins. Autant dire que l’accord du participe passé employé avec avoir est exceptionnel (celles que je tai dega envoyees, Ernest).
  • Les homophones grammaticaux ne sont guère distingués graphiquement : a (=à), ou (=ou), ce (=se), sai (=c’est), ces (= ses), on (=ont), sa (=ça), peut (=peu), de même que les homophones lexicaux (la fain = fin).
  • Les lettres étymologiques ou historiques manquent, en particulier dans temps (ten) : abituer, sinpathie, toujour, photografie.

Cependant, même si les tendances générales sont semblables, on observe quelques différences entre nos scripteurs. Alfred Foray et Pierre Fabre ont une orthographe plus sûre, rencontrant moins de problèmes de segmentation de mots et faisant globalement moins d’erreurs ; ils sont peut-être restés plus longtemps à l’école et ils auraient pu passer le certificat d’études primaires, qui n’était pas ouvert à tous comme on pourrait le croire. A l’inverse, Laurent Pouchet manifeste de grandes difficultés orthographiques, qui se révèlent en particulier dans la segmentation et la soudure des mots. Quant aux femmes, elles ont beaucoup plus de difficultés que les hommes, en raison d’une scolarité déficiente au XIXe siècle, avec des enseignant(e)s ignorant (e)s. Josephine Pouchet a de grandes difficultés d’expression, qui rendent par endroits ses lettres difficiles à comprendre : il anait de maim ; ensableux ; il a falus les prade conme il et tes ; sacoude tro cher prou te lan voier (09.01.1915). Chaque scripteur manifeste relativement peu d’hésitations (apresant / apresan), qui sont plutôt des lapsus calami, mais suit davantage des routines graphiques (mêmes graphies, mêmes segmentations ou soudures, …).

Ces lettres pourraient témoigner de l’échec partiel de la grammaire scolaire pour tout ce qui concerne l’orthographe grammaticale ou de la faible importance accordée à certains secteurs graphiques, comme les accents et autres signes auxiliaires (ponctuation comprise). Elles nous révèlent surtout les zones de fragilité orthographique et les secteurs de variation établis par Lucci & Millet (1994 : L’orthographe de tous les jours : enquête sur les pratiques orthographiques des Français, Champion), notamment les diacritiques (les accents surtout), les  morphogrammes nominaux et verbaux et les homophones grammaticaux, ainsi que les hésitations sur les formes verbales homophones en /E/ (Brissaud & al. 2006 : « Les formes verbales homophones en /E/ entre 8 et 15 ans : contraintes et conflits dans la construction des savoirs sur une difficulté orthographique majeure du français », Langue française 151, p. 74–93.). Et les lettres retrouvent des usages ayant existé dans l’histoire de l’orthographe française, soit des confusions anciennes (il a chanter), soit des choix de codification effectués à une certaine époque (accent aigu pour l’accent grave aux XVIIe et XVIIIe siècles : trés, deuxiéme ; finales verbales du présent : je sai, voi, …). L’orthographe française, au fond, n’est pas aussi tranchée qu’on pourrait le croire.

Réunion « Corpus 14 », vendredi 24 janvier 2014, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

Meilleurs vœux de l’équipe « Corpus 14 » pour cette année 2014 !

Lors de notre prochaine réunion, qui se tiendra vendredi 24 janvier, de 13h à 15h, au Bâtiment Marc Bloch, salle 108, nous entendrons les communications de Florence Pellegrini, Christel Le Bellec et Nicolas Bianchi.

Après cette séance, se réunira, à partir de 15h30, la commission « Exposition ».

 

Florence Pellegrini (Université de Bordeaux)

Logiques épistolaires

Cette communication s’intéressera aux modalités énonciatives et, corrélativement, aux procédures de textualisation en jeu dans les correspondances qu’Alfred Foray, André Tétard, Laurent Pouchet, Ernest Viste et Pierre Fabre ont adressées à leurs familles d’août 1914 à novembre 1916.

Pour ces Poilus que leur faible niveau d’instruction n’a pas rendu familiers de ce type d’exercice, se pose la question du comment écrire, c’est-à-dire la question du dispositif de communication et de l’élaboration textuelle, en liaison avec la visée pragmatique des énoncés produits. Si l’inscription générique ne peut, dans un tel contexte, assumer de fonction modélisante, quel(s) type(s) d’énoncé(s) et/ou de texte(s) produisent ces soldats dans les courriers qu’ils adressent à leurs proches, parents ou épouses ? Quel degré d’élaboration et de cohésion peut-on percevoir ? Quelle(s) logique(s), enfin, organise(nt) ces écrits dont le contenu informationnel semble bien n’avoir qu’une fonction secondaire. Écrire, pour Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, c’est d’abord écrire en soi, maintenir une proximité par l’inscription et la transmission de sa parole, recréer mimétiquement l’espace d’une conversation, faire entendre une voix qui efface les distances et participe, en dépit de tout, de la vie familiale qui se poursuit au loin.

 

Christel Le Bellec (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

La syntaxe des tranchées

L’objectif de ce travail est d’analyser les formes syntaxiques non standards dans des lettres de poilus peu lettrés pendant la Grande Guerre. Nous tenterons d’expliquer l’utilisation particulière d’un certain nombre de faits syntaxiques à travers les fonctions (l’analogie formelle, le besoin de clarté, d’invariabilité ou d’expressivité) qu’ils sont censés satisfaire (Frei, 1929). Ainsi, d’après cet auteur, les « fautes » sont conditionnées par le fonctionnement du langage, elles remplissent des fonctions et servent à réparer les déficits du langage correct.

Nous proposerons une typologie des faits et constructions syntaxiques de caractère non standard par catégories grammaticales (déterminants, pronoms, prépositions, conjonctions, adverbes), puis nous explorerons les constructions verbales et les accords interphrastiques.

 

Nicolas Bianchi (ENS-Lyon)

Mots du peuple et pratiques de l’écrit

Cristallisation de nombreux fantasmes de l’Arrière dès les premières années de la Grande Guerre, le lexique employé dans les tranchées par les soldats du rang compte parmi les objets les plus étudiés et les plus débattus par l’historiographie du conflit au cours du XXe siècle. La controverse concernant l’existence d’un éventuel « parler poilu », la question des langues régionales ou de la place des argots, l’analyse des différentes strates de lexique militaire ont ainsi largement mobilisé les lexicographes et historiens désireux de mettre de l’ordre dans le foisonnement des publications (journaux, enquêtes, ouvrages…) recensant les vocables en usage sur la ligne de front.

Pourtant, à l’heure où les pays belligérants s’apprêtent à célébrer le centenaire de l’événement, rares sont les études qui se penchent précisément sur les spécificités du langage écrit de ces premières générations populaires à manier la plume avec une relative aisance. La présente étude tentera de questionner les lettres de notre corpus à l’aune des discours tenus à l’époque sur le vocabulaire des soldats dans leurs écrits, afin de démontrer la faible fréquence des vocables populaires par rapport à cette langue courante que l’école apprenait à maîtriser ; mais elle cherchera aussi à la justifier à travers la condition sociologique de nos soldats, et les réalités pragmatiques qui s’imposaient à eux : conscience d’habiter un univers linguistique étranger à l’Arrière, nécessité d’une prégnance de la fonction phatique dans le choix des mots.

Toutefois, après ces considérations quantitatives, il conviendra de remarquer que le lexique « populaire » est loin d’être absent de notre corpus. Venant naturellement dans le flot d’une langue sans doute déjà construite avant-guerre (« caboulot », « le jus », « se souler la gueule »), comblant des manques en langue ressentis par la plupart des soldats (« le 5e baton », « les marmites ») ou répondant à des nécessités expressives (cf. les hypocoristiques de Laurent), les termes « populaires » ont, malgré leur faiblesse quantitative, une place de choix, que nous tenterons d’analyser, et qui n’est pas sans questionner un certain nombre d’affirmations du discours scientifique sur la « langue des tranchées ».

Réunion « Corpus 14 », mardi 17 décembre 2013, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

Notre prochaine réunion se tiendra le mardi 17 décembre, de 13h à 15h au Bâtiment Marc Bloch, salle 108. Nous entendrons deux communications l’une présentée par Sonia Branca, l’autre par moi-même.

Sonia Branca (Université Paris Sorbonne nouvelle)

« Je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes ». Quelques remarques sur les pratiques d’écriture des soldats de 14-18 et de leurs familles

Une récente collecte  a permis à l’équipe de L’Ecriture des poilus réunie autour d’Agnès Steuckardt de retrouver des correspondances de guerre de paysans peu scolarisés. Une première analyse de celles-ci permet d’évoquer trois caractéristiques de l’écriture de ces scripteurs situées à trois niveaux de composition

1-  Au niveau de la morphosyntaxe micro-propositionnelle : la proportion relativement modeste des écarts régionaux  et des traces de tours oraux

2- Au niveau « séquentiel » entre syntaxe de la proposition et discours : la présence de types d’énoncés qui forment des unités associées, bien qu’il n’y ait pas de marquage syntaxique stable On peut parler ainsi d’apo koinou (selon la terminologie de C. Blanche Benveniste) dans je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes deux structures viennent s’imbriquer (je réponds à ta carte laquelle m’a fait plaisir  / et  (ça m’a fait plaisir ) de savoir que tu es en bonne santé. Pour cette structure, le scripteur s’appuie des méta-ressources qui permettent de coupler une forme complexe pas vraiment figée, mais dont la structure abstraite relève d’un avant-dire disponible  et une fonction discursive, ici, l’unité que constitue le plaisir de la réception et le plaisir du contenu rassurant.

3- Au niveau textuel : le constat que l’on n’a plus affaire à des lettres réduites aux formules du « cadre » pratiquées par les peu-lettrés des guerres napoléoniennes. Les correspondances recueillies témoignent de l’aisance relative acquise des poilus et de leur famille  tout en respectant encore le cadre populaire de ce qu’est une lettre digne de ce nom.

 

Agnès Steuckardt (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Praxiling)

Sans point ni virgule

Devant les lettres les peu-lettrés, une difficulté que rencontre le lecteur lettré du 21e siècle est le manque des étayages auquel l’écrit normé l’a habitué : l’orthographe et les signes de ponctuation. C’est le second manque qui va m’intéresser ici : l’absence, ou plus exactement la faible présence, des signes de ponctuation, et ses conséquences sur notre perception de la structuration discursive. De cette absence pour l’œil résulte l’impression première d’un discours sans pause, sans autre borne que l’espace de la carte, de la lettre à remplir. Qu’en est-il lorsqu’on entre plus avant dans la lecture de ces textes qui tenaient lieu de substitut à la conversation familiale, et qui pouvaient faire l’objet d’une lecture collective, comme l’atteste une des lettres du corpus : qu’ant le soir arrive (le soir Ernestou nous porte les letre et nous alons les prendre au soulié bas) que nous arivons du soulié bas que nous pouvons lire en famille une letre de toi chéri et de mon Frère tu peu croire mon bien Aimé que c’est un vrai bonheur pour ton épouse et pour tes chers parents (Marie, 03/02/1915) ? La rareté des points et des virgules n’empêche pas de suivre, particulièrement dans la lecture à voix haute, une progression structurée du discours. On y observe les corrections, si fréquentes à l’oral, comme ce retour de Pierre sur le choix du mot reçu : j’ai reçu le paquet reçu non je ne l’ai pas reçu mais je sais qu’il est a la poste le vagomestre a oublie de me le porter hier (Pierre, 01/04/1915). On y rencontre les mises en relief, elles aussi caractéristiques de l’oral, comme ce détachement insistant sur Ces malheureuses lettres, trop attendues : C’es malheureuse l’etre elles narrivait jamais (Marie, 03/10/1914). On y lit, surtout, le long mouvement d’une parole solitaire, à laquelle semblent manquer les réponses, les interruptions, les acquiescements de l’interlocuteur absent.

Réunion « Corpus 14 », mardi 26 novembre 2013, bâtiment Marc Bloch, 13h-15h

Les deux communications, présentées par Stéphanie Fonvielle (Aix-Marseille Université-ESPE, CNE – UMR 8562) et Corinne Gomila (Université Montpellier 2-FDE, LIRDEF (EA 3749)), seront consacrées à l’étude de l’écriture épistolaire, durant la première guerre mondiale, de deux hommes et d’une femme, tous trois peu lettrés, appartenant à une même famille de cultivateurs de l’Hérault : Ernest Viste, son beau-frère Pierre Fabre, et sa femme Marie Fabre.

L’écriture épistolaire d’une femme peu lettrée durant la première guerre mondiale

Nous verrons dans cette première communication comment les lettres d’une épouse de soldat, Marie Fabre, manifestent une écriture fortement oralisée, alternent différents types de discours, entre litanie et narration, et révèlent une figure de la femme à l’aune de thématiques fortement représentées comme la famille, la religion ou la vie rurale.  Notre analyse pose en filigrane la question suivante : peut-on conclure à l’existence d’une écriture féminine définie comme écriture de l’intime, de l’attente et de la confession ?

 

Paroles de poilus : une caresse sous la mitraille

Nous verrons dans cette seconde communication comment les lettres de deux soldats, Ernest Viste et Pierre Fabre, révèlent une écriture de paroles, une écriture de « vives voix » portée notamment par la diversité des discours rapportés, montrent l’enjeu vital de la circulation des nouvelles, s’attachant à ne jamais rompre le contact avec les proches, et créent l’illusion d’un dialogue privé. L’analyse pose en filigrane la question suivante : comment les paroles écrites de ces poilus réduisent la distance qu’impose le genre de la correspondance ?

Réunion « Corpus 14 », mardi 22 octobre 2013, bâtiment Marc Bloch, 13h-15h

Notre prochaine réunion, mardi 22 octobre, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, salle 108, sera consacrée aux exposés de Simon Mercier et Chantal Wionet, dont vous trouverez ci-dessous les présentations.

 

Simon Mercier (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Des peu lettrés dans la grande Histoire : parcours »

Le monde des poilus dans la Grande Guerre se partage entre la réalité des tranchées et l’échappatoire de la correspondance avec leurs proches. Leurs lettres rendent compte de leurs préoccupations, leurs colères, leurs joies, leurs espoirs et leurs peurs, mais aussi maintiennent un lien avec leur vie d’avant. Dans une approche diachronique, nous analysons l’évolution de la correspondance de nos scripteurs au fil des mois et des saisons. Au travers de leur regard sur les évènements du quotidien et de la guerre, nous découvrons une perspective inédite sur la place de ces soldats dans l’Histoire, mais aussi du rôle de la correspondance, en constante transformation.

 

Chantal Wionet (Université d’Avignon) : « Pour me lever de languir ». Styles de l’écrit intime

Reconstruire une intimité, demander du respect alors qu’à la guerre « on n’a point de choix » sont sans doute les premières raisons d’une correspondance si dense et si suivie. Alors pour passer un peu plus de temps sur un papier qui sera le témoin et le représentant de soi, et parce que le quotidien n’a pas toujours à se raconter, les soldats, comme dans beaucoup de correspondances privées, parlent du temps qu’il fait, de la nourriture attendue ou mangée, des vêtements, et des colis reçus ou non. Tout cela fait partie des attendus d’une lettre privée, permettant de resituer dans un trajet connu tous les échanges, les liens étant tout autant ceux de la lettre que ce que l’on peut se dire au sujet des lettres, comme des manières d’annuler la séparation. Ce n’est donc pas ces éléments-là qui singularisent ces lettres, mais plutôt ceux qui échappent à ces cadres communs. En effet, alors qu’il est toujours possible de rechercher dans ces textes la valeur donnée aux conventions d’écriture ? les formules d’ouverture et de fermeture des textes, les thèmes obligés ? je souhaite m’intéresser davantage aux petits éléments qui nous plongent aujourd’hui dans l’empathie, ces petites formes qui se signalent au-delà d’une certaine idée scolaire de l’esthétique de la lettre : celles qui montrent que chacun a absorbé assez de français pour s’inscrire singulièrement dans la langue de manière à, chacun à sa façon, annuler autant que faire se peut la tragédie de l’absence. Dans le cadre forcément restreint d’une présentation générale, j’évoquerai essentiellement deux soldats, Laurent Pouchet et Alfred Foray, à travers quelques-unes de leurs particularités stylistiques. Qu’il s’agisse de Laurent ou d’Alfred, je souhaite me dégager d’une certaine vue qui consisterait à lire les lettres à l’aune de la norme scolaire et littéraire, et défendre une lecture immédiate : les lettres de ceux que l’on a coutume depuis Sonia Branca d’appeler les peu-lettrés sont souvent envisagées selon des points de vue parfois contradictoires et concomitants, dans une attitude de défense (des peu-lettrés) et d’évaluation : je ne souhaite ni défendre ni évaluer à l’aune d’une axiologie ou en la contestant, mais étudier pleinement ces lettres comme des textes, émanant d’auteurs qui vivent l’absence et la mort, et qui montrent ici un peu de leur rapport au monde.

Réunion « Corpus 14 », mardi 24 septembre 2013, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

 

  • Label :  le projet « Corpus 14 » a obtenu en juillet le label « Centenaire ».

Extrait du courrier de la Mission Centenaire :

« J’ai le plaisir de vous annoncer que le comité de labellisation de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, après avis de son conseil scientifique, a décidé d’attribuer le label Centenaire à votre projet.

J’attire votre attention sur le fait que le label devra désormais figurer sur l’ensemble des supports de communication du projet en respectant la charte graphique correspondante. Ces éléments vous seront communiqués ultérieurement.

Votre projet fait désormais partie du programme officiel du Centenaire qui sera publiquement dévoilé par le Président de la République, lors d’une conférence de lancement du cycle du Centenaire de la Grande Guerre, quelques jours avant le 11 novembre 2013. »

  • Présentation :

Giancarlo Luxardo (Université Montpellier 3), « Les correspondances des Poilus peu lettrés. Approche textométrique »

 

  • Calendrier prévisionnel des prochaines séances :

22 octobre 2013 :      Simon Mercier (Université Montpellier 3) « Des peu lettrés dans la grande Histoire : parcours »

Chantal Wionet (Université d’Avignon) « « Pour me lever de languir ». Styles de l’écrit intime »

 

26 novembre 2013 :  Corinne Gomila (Université Montpellier 2) et Stéphanie Fonvielle (Aix-Marseille Université)

                                       « Discours rapportés : une caresse sous la mitraille »

                                       « Lettres aux Poilus : l’écriture des femmes »

 

17 décembre 2013 :   Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3) « Sans point ni virgule »

Sonia Branca (Université Sorbonne nouvelle) « Je vous écris du front : français élémentaire/langue lettrée »

 

24 janvier 2014 :     Florence Pellegrini (Université de Bordeaux) « Entre écrit et oral, logiques épistolaires »

Christel Le Bellec (Université Montpellier 3) « La syntaxe des tranchées »

Nicolas Bianchi (ENS Lyon) « Mots du peuple et pratique de l’écrit »

 

18 février 2014 :      Nathalie Auger (Université Montpellier 3) « « tous pret des Boches » »

Jean-Michel Gea (Université de Corte) « Traces de dialectes ? »

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) « Les Poilus et l’orthographe »

Les verbes sms, texto, texter et textoter dans le corpus sud4science

LES VERBES SMS, TEXTO, TEXTER ET TEXTOTER DANS LE CORPUS SUD4SCIENCE

 

Dans le cadre du programme international sms4science (CENTAL, 2006), le groupe de chercheurs coordonné par Rachel Panckhurst a obtenu le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier (2011-2012), puis de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (2012-2013), pour recueillir et anonymiser un grand corpus de SMS (services de messages succincts). Par affiches, prospectus et communiqués, nous avons invité tout un chacun à nous mettre en copie les SMS qu’il envoyait ou à nous rediriger ceux qu’il avait sauvegardés après envoi. Du 15.09 au 15.12.2011, 424 personnes nous ont ainsi fourni, après épuration, 88 541 SMS représentant plus d’un million de mots (Panckhurst et al., 2014).

 

Pour le colloque Interpréter selon les genres, je me suis interrogé (Verine 2013) sur les 940 énoncés métadiscursifs contenant les chaînes de caractères sms, txt ou text (permettant, après filtrage des emplois de contexte, prétexte et texte dans son acception canonique, d’inclure le maximum de dérivés et de variantes, volontaires ou involontaires, du mot texto) : soit 503 occurrences de SMS et 437 de la famille lexicale de texto. Parmi elles, on est frappé de rencontrer 111 emplois verbaux, que je présente d’abord selon les types de dérivation lexicale (1.), puis selon les types d’insertion dans la phrase (2.). Dans les deux séries, chaque message porte le même numéro afin de faciliter le croisement des paramètres, entre eux ou avec d’autres catégories comme celle de la personne, par exemple.

http://www.sud4science.org/?q=fr/system/files/Les_verbes_sms_texto_texter_et_textoter_dans_le_corpus_sud4science.pdf

 

Le français écrit des Poilus peu lettrés (1914-1918)

Carte postaleTout au long du XIXe siècle, la mise en place d’une institution scolaire nationale a déterminé un développement de l’usage écrit de la langue française dans des classes sociales qui, jusqu’alors, y avaient peu accès. Les lois Ferry de 1881-1882, qui rendent l’école primaire gratuite et obligatoire, donnent un cadre législatif au système éducatif de la IIIe République. Une trentaine d’années plus tard, la  Première Guerre mondiale amène les soldats enrôlés à utiliser massivement le français écrit, principalement pour rester en relation avec leur famille. La correspondance de ces soldats constitue un témoignage archivistique précieux, exploité jusqu’ici par la recherche historique, mais beaucoup moins par la recherche linguistique.

Si les usages écrits de la norme haute du français sont bien connus et décrits, rares sont les travaux qui portent sur les usages des « peu lettrés », faute d’archives. Une partie des écrits des Poilus permet d’envisager une description systématique du français écrit peu lettré au début du XXe siècle. Au-delà de la question controversée d’un « parler poilu », l’objectif visé est de connaître l’usage réel, chez des citoyens alphabétisés mais peu lettrés, de langue française écrite, dans ses différents aspects : orthographiques, syntaxiques, lexicaux, stylistiques, pragmatiques.

Les résultats attendus se situent à plusieurs niveaux :

  • en histoire de la didactique, les descriptions obtenues pourront être exploitées par dans le but de mesurer l’efficience des structures éducatives instituées par la IIIe République
  • en histoire contemporaine, elles permettront d’accéder à une meilleure connaissance de la culture populaire au début du XXe siècle
  • en histoire de la langue française, il s’agira de combler un déficit de connaissance des usages écrits peu lettrés

en linguistique, l’écrit peu lettré est, plus généralement, un moyen de repérer des points névralgiques de la langue, d’analyser les résolutions à l’œuvre chez les scripteurs, de comprendre les tensions entre la norme et l’usage.

 

Exemple de transcription

image 2

Le 28 Octobre 1914

Cher belle soeur cher neveu
et cher Alband

Je répons de suite a vaux lettre qui
mon fait plaisir en na prenand que vous
étte tous en bonne santée car il la n’est
de méme pour moi ; Aprésent je vous
remerçi beaucoup du petit mandat
que vous mavez en voyer et en méme temp
j’ai reçu des nouvelles de la maison avec un
petit drapeau comme nous dison nous
autre ; cela fait que le méme jour j’ai reçu
9 lettres 2 vautre est une de la maison ; de
Sussargues voila déjà qu’élques jour que je nai
rien reçu mai je pense qua la prochaine
distribution jaurer des nouvelles car étand dans
les tranchée onna pas la coréspondance régulière
car on est relever chaque 48 heures ; au sujet
du tabac qu’Alband medi sur sa lettre ou
nous somme il ly a na poins ét quand a celui
que lon a droit parfoi il la du retard a laur

 

image

cela fait qu’il nous enf aut passer on est rester
qu’elque temp qu’il fallet sortir le fond des poches
pour pouvoir fumer ; je ne voi pas autre
chose a vous dire pour le moement ; joublié
de vous donner des nouvelles de Louis ébien
nous somme dans la méme compagnie et dan
la méme escouade. a coté lun deux lautre en
fin on marche ensemble ; Bien le bonjour
au voisins Reçoi chére belle soeur
les plus grande amitiées bien des
carresses à François, et les plus grandes
Amitiers aussi a Alband inci qua
ses Parents malgrées que je n’est
pas l’honneur de leur connaissance
Ton Beau frer pour la vie
Laurent Pouchet

Portail Corpus 14

Le Corpus 14 est maintenant consultable sur le Web. Il inclut à ce jour 567 lettres et cartes de 5 poilus, pour un total de 122 000 mots.

Le logiciel de textométrie TXM, utilisé pour accéder au corpus, permet notamment de :

  • partitionner le corpus suivant des métadonnées,
  • fournir un étiquetage morpho-syntaxique avec TreeTagger,
  • faire des calculs de fréquences sur mots, lemmes ou étiquettes,
  • créer des concordances,
  • réaliser calculs de spécificités et analyses factorielles des correspondances.

Ci- dessous deux copies d’écran. Vous pouvez me contacter pour les détails d’accès au corpus.
Screen Shot 2013-07-18 at 11.48.38

Screen Shot 2013-07-18 at 11.59.05

Valorisation du corpus « Cyberbase Gradignan »

Dans le cadre du partage des ressources scientifiques numériques, Praxiling a entrepris la valorisation de l’un de ses corpus oraux multimodaux.

Le corpus « Cyberbase Gradignan » a été établi par des chercheurs de l’axe ITEEC (Interactions et Technologies Éducatives en Environnement Carcéral) de Praxiling et des chercheurs de l’équipe TELEM (Textes, Écritures, Littérature et Modèles) de l’Université de Bordeaux 3. Cette collaboration s’est déroulée au sein du groupe de recherche « Action et interaction » du projet RAUDIN (Recherches Aquitaines sur les Usages pour le Développement des Dispositifs Numériques).

Le corpus documente et analyse la mise en place d’une Cyber-base® au sein de la maison d’arrêt de Gradignan. Les Cyber-bases® sont des espaces offrant gratuitement au public matériel informatique, connexion internet et initiation aux Technologies de l’Information-Communication (TIC). Ils sont mis en place par des collectivités publiques. Il s’agit ici d’un service proposé par le Ministère de la Justice aux détenus qui souhaitent y participer.

Du mois de juillet  2010 au mois de juin 2012, les chercheurs ont enregistré plusieurs séances de formation collective portant sur différents aspects des TIC (envoi de mail, recherche d’emploi,…). Parallèlement, ils ont réalisé des entretiens individuels avec les étudiants, les formateurs et les surveillants, également enregistrés en audio ou en vidéo. Les enregistrements sont d’une durée générale d’environ cinq heures (3 heures de formation, 2 heures d’entretiens) avec une quinzaine de locuteurs.

La valorisation du corpus a consisté à le décrire, le diffuser et l’archiver grâce aux technologies appropriées. Ces actions ont été conduites avec l’aide du SLDR (Speech & Language Data Repository), Centre Numérique certifié administré par le Laboratoire Parole et Langage d’Aix-Marseille. Le SLDR exerce une mission de coordination et de diffusion pour les corpus linguistiques oraux au sein de l’Equipex ORTOLANG, émanation de la TGIR Huma-Num.

La réalisation de ce projet a donc permis à Praxiling de mobiliser pleinement les moyens et les services en place à la fois pour mutualiser le résultat de ses recherches et pour en assurer l’archivage pérenne.

Cette expérience permet maintenant d’envisager la valorisation d’autres corpus du laboratoire, en particulier la valorisation de corpus écrits.

La notice du corpus est accessible à travers le lien suivant : Corpus Cyberbase Gradignan ; ou à l’aide de son identifiant : prax000822.

La diffusion des données du corpus est limitée par la dérogation L. 213-2, I, 3 du Code du Patrimoine relative à la protection de la vie privée. Les chercheurs intéressés peuvent toutefois nous consulter pour avoir accès aux fichiers non publics.

Corpus 14, réunion du 2 juillet (Pierres vives)

  • Réunion du 2 juillet 2013, 13h-15h, Pierres vives, Montpellier

L’équipe « Corpus 14 » sera reçue à Pierres Vives par Annie Denizart, Directrice adjointe des Archives départementales de l’Hérault.

Objet de la réunion : modalités du partenariat entre l’Université et les Archives départementales (exploitation et valorisation des documents).

La réunion de travail sera suivie d’une visite pour découvrir la « face cachée » des Archives.

  • Calendrier prévisionnel 2013/2014

24 septembre : Giancarlo Luxardo (Université Montpellier 3)

22 octobre : Chantal Wionet (Université d’Avignon)

26 novembre : Corinne Gomila (Université Montpellier 2) et Stéphanie Fontvieille (Aix-Marseille Université)

17 décembre : Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3)

21 janvier : Florence Pellegrini (Université de Bordeaux) ; Christel Le Bellec (Université Montpellier 3)

18 février : Nathalie Auger (Université Montpellier 3). Olivia Guérin (Aix-Marseille Université)