Réunion « Corpus 14 », mardi 17 décembre 2013, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

Notre prochaine réunion se tiendra le mardi 17 décembre, de 13h à 15h au Bâtiment Marc Bloch, salle 108. Nous entendrons deux communications l’une présentée par Sonia Branca, l’autre par moi-même.

Sonia Branca (Université Paris Sorbonne nouvelle)

« Je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes ». Quelques remarques sur les pratiques d’écriture des soldats de 14-18 et de leurs familles

Une récente collecte  a permis à l’équipe de L’Ecriture des poilus réunie autour d’Agnès Steuckardt de retrouver des correspondances de guerre de paysans peu scolarisés. Une première analyse de celles-ci permet d’évoquer trois caractéristiques de l’écriture de ces scripteurs situées à trois niveaux de composition

1-  Au niveau de la morphosyntaxe micro-propositionnelle : la proportion relativement modeste des écarts régionaux  et des traces de tours oraux

2- Au niveau « séquentiel » entre syntaxe de la proposition et discours : la présence de types d’énoncés qui forment des unités associées, bien qu’il n’y ait pas de marquage syntaxique stable On peut parler ainsi d’apo koinou (selon la terminologie de C. Blanche Benveniste) dans je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes deux structures viennent s’imbriquer (je réponds à ta carte laquelle m’a fait plaisir  / et  (ça m’a fait plaisir ) de savoir que tu es en bonne santé. Pour cette structure, le scripteur s’appuie des méta-ressources qui permettent de coupler une forme complexe pas vraiment figée, mais dont la structure abstraite relève d’un avant-dire disponible  et une fonction discursive, ici, l’unité que constitue le plaisir de la réception et le plaisir du contenu rassurant.

3- Au niveau textuel : le constat que l’on n’a plus affaire à des lettres réduites aux formules du « cadre » pratiquées par les peu-lettrés des guerres napoléoniennes. Les correspondances recueillies témoignent de l’aisance relative acquise des poilus et de leur famille  tout en respectant encore le cadre populaire de ce qu’est une lettre digne de ce nom.

 

Agnès Steuckardt (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Praxiling)

Sans point ni virgule

Devant les lettres les peu-lettrés, une difficulté que rencontre le lecteur lettré du 21e siècle est le manque des étayages auquel l’écrit normé l’a habitué : l’orthographe et les signes de ponctuation. C’est le second manque qui va m’intéresser ici : l’absence, ou plus exactement la faible présence, des signes de ponctuation, et ses conséquences sur notre perception de la structuration discursive. De cette absence pour l’œil résulte l’impression première d’un discours sans pause, sans autre borne que l’espace de la carte, de la lettre à remplir. Qu’en est-il lorsqu’on entre plus avant dans la lecture de ces textes qui tenaient lieu de substitut à la conversation familiale, et qui pouvaient faire l’objet d’une lecture collective, comme l’atteste une des lettres du corpus : qu’ant le soir arrive (le soir Ernestou nous porte les letre et nous alons les prendre au soulié bas) que nous arivons du soulié bas que nous pouvons lire en famille une letre de toi chéri et de mon Frère tu peu croire mon bien Aimé que c’est un vrai bonheur pour ton épouse et pour tes chers parents (Marie, 03/02/1915) ? La rareté des points et des virgules n’empêche pas de suivre, particulièrement dans la lecture à voix haute, une progression structurée du discours. On y observe les corrections, si fréquentes à l’oral, comme ce retour de Pierre sur le choix du mot reçu : j’ai reçu le paquet reçu non je ne l’ai pas reçu mais je sais qu’il est a la poste le vagomestre a oublie de me le porter hier (Pierre, 01/04/1915). On y rencontre les mises en relief, elles aussi caractéristiques de l’oral, comme ce détachement insistant sur Ces malheureuses lettres, trop attendues : C’es malheureuse l’etre elles narrivait jamais (Marie, 03/10/1914). On y lit, surtout, le long mouvement d’une parole solitaire, à laquelle semblent manquer les réponses, les interruptions, les acquiescements de l’interlocuteur absent.