Corpus 14, automne 2017

Corpus 14, automne 2017

  • Appel à communications

Dans la continuité du projet Corpus 14, est organisé à Montpellier, les 15 et 16 juin 2018, le colloque international et interdisciplinaire La Grande Guerre des gens ordinaires. Correspondances, récits, témoignages.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 janvier 2018, à l’adresse :

colloque3go@univ-montp3.fr

 

L’appel est disponible sur le site de Praxiling :

http://www.praxiling.fr/la-grande-guerre-des-gens-ordinaires-correspondances-recits.html

  • Site Corpus 14

Une version 3 de Corpus 14 est disponible sur le site Corpus 14. Elle comprend 1670 lettres ou cartes transcrites (431 048 occurrences).

Merci aux stagiaires d’orthophonie et de sciences du langage qui ont contribué à ces transcriptions !

  • Exposition

L’exposition « L’écriture des Poilus ordinaires » sera présentée du 10 au 19 novembre à la Mairie de Saint-Côme d’Olt (Aveyron), en couplage avec l’exposition « La Guerre des Miens », consacrée aux correspondances des soldats et à la mémoire de la guerre 1914-1918 en Aveyron.
L’exposition  »

La Guerre des Miens » est ouverte tous les week-ends du 11 novembre au 16 décembre 2017. Horaires : 10h-12h // 14h-17h
Semaine : visites sur rendez-vous pour les groupes.

  • Journée d’études : Rituels épistolaires dans les projets d’édition numérique de Correspondances

21 novembre 2017, Montpellier, Saint Charles 2, salle Panathénées (006)

L’équipe Corpus 14 accueille à Montpellier le groupe « Correspondances », piloté par Richard Walter, du Consortium CAHIER, pour une journée d’études sur les « Rituels épistolaires dans les projets d’édition numérique de correspondances ».

Programme :

http://www.praxiling.fr/les-rituels-e%CC%81pistolaires-dans-les-projets-d-e%CC%81dition-nume%CC%81rique.html

et

https://cahier.hypotheses.org/3328

  • « Les mots des Poilus ordinaires. Approches lexicales d’un corpus de correspondances familiales de la Grande Guerre »

Présentation par A. Steuckardt, Séminaire de l’Atilf, Nancy, ATILF Bâtiment CNRS, Salle Paul Imbs, 30 novembre 2017, 10h30

 

 

 

 

Corpus 14, printemps 2017

Corpus 14, printemps 2017

  • Séminaire Corpus 14, 4 avril 2017, 14h-17h, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Bâtiment Marc Bloch, salle 108

14h-15h30 Frédéric Rousseau, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Directeur de la MSH-Sud.

L’apport des témoignages féminins à l’histoire de la Grande Guerre

Discutante : Sonia Branca-Rosoff, Professeur de Sciences du langage, Paris Sorbonne nouvelle.

15h45-16h15

Lena Sowada, Assistante-Doctorante, Université de Heidelberg.

Les femmes et le quotidien de guerre, d’après le corpus Alsace-Lorraine

16h15-16h45

Beatrice Dal Bo, Contrat doctoral, Université Paul-Valéry Montpellier 3

L’expérience de deux paysannes, d’après Corpus 14

  • Publication

La langue sous le feu. Mots, textes, discours de la Grande Guerre (Odile Roynette,

Gilles Siouffi, Agnès Steuckardt dir.), issu du colloque « La Première Guerre mondiale et la langue » (Paris Sorbonne-Sciences Po Paris, 2014)  vient de paraître aux Presses Universitaires de Rennes.

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4325

Sur les correspondances peu-lettrées, on pourra lire les contributions de Sonia Branca-Rosoff, Stéphanie Fonvielle, Jean-Michel Gea, Carita Klippi.

Présentations de l’ouvrage :

Université de Franche-Comté, 27 mars 2017, Salle de conférence de la MSHE Ledoux

https://mshe.univ-fcomte.fr/manifestations-de-la-mshe/programmation-a-venir/7225-2017-03-14-13-27-45

Université Paris-Sorbonne, 12 mai 2017, 14h, Bibliothèque de l’UFR de Langue française

http://diachronie.org/2016/09/29/rencontres-du-gehlf-2016-2017/

  • Stagiaires

Deux nouvelles stagiaires « Corpus 14 », Ysaline Haas et Anastasia Dimou, en Master 1 de Sciences du langage, poursuivent le patient travail de transcription et d’encodage des correspondances peu-lettrées.

  • Présentation

Le projet Corpus 14 a été présenté à l’Université de Floride, dans le cadre du programme  Confrontation and Aftermath: Remembering Wars in France

https://franceflorida.clas.ufl.edu/event/1000-lettres-de-la-grande-guerre-le-temoignage-singulier-des-peu-lettres-a-talk-by-agnes-steuckardt-univ-paul-valery-montpellier-france/

  • Des appels à communication susceptibles de nous intéresser :

« Guerre et correspondance », Ecole militaire de Saint-Cyr-Coëtquidan et Ecole Navale de Lanvéoc-Poulmic, 2 et 3 octobre 2017. Date limite d’envoi des propositions : 31 mai 2017

https://www.fabula.org/actualites/colloque-guerre-et-correspondance_77929.php

Colloque de la société internationale de Diachronie, Neuchâtel, 10-12 janvier 2018. Date limite d’envoi des propositions : 15 mai 2017.

http://diachronie.org/colloques/colloque-sidf-neuchatel-2018/

  • Si le coeur vous en dit :

http://transcribathon.com/en/news/get-your-hearts-racing-the-love-letter-run-has-begun/

Corpus 14, Noël 2016

Corpus 14, Noël 2016

  • Corpus 14, nouvelle version : des correspondances de l’Ardèche, des Charentes maritimes, de Saône et Loire ont été transcrites et intégrées à Corpus 14, qui compte désormais 1240 lettres (324 000 occurrences). La version 1.2 sera finalisée le mois prochain ; un aperçu est consultable sur le portail TXM de l’UPV :
    http://textometrie.univ-montp3.fr/
  • Rencontre interdisciplinaire Corpus 14, 04/04/2017

Mardi 4 avril, 14h-18h, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Bâtiment Marc Bloch, salle 108

Autour des correspondances peu lettrées rassemblées dans Corpus 14 seront présentées les approches croisées d’historiens et de linguistes.

Conférence plénière, 14h : Frédéric Rousseau, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Directeur de la MSH-Sud.

Discutante : Sonia Branca-Rosoff, Professeur de Sciences du langage, Université Paris Sorbonne nouvelle.

Interventions de Lena Sowada (Assistante, Doctorante, Université de Heidelberg) ; Beatrice Dal Bo, Contrat doctoral, Université Montpellier 3)

  • Offre de participation bénévole et offre de stage

Le projet Corpus 14 intègre progressivement les fonds de correspondances qui lui sont confiés par les Archives départementales ou par les donateurs privés. La mise en ligne de ces documents passe par la transcription fidèle et le balisage aux standards informatiques actuels.

Étant donné le nombre de documents à traiter, le projet Corpus 14 lance un appel à participation, ouvert à toute personne intéressée par la transcription d’archives.

Les candidats sont invités à se signaler à Giancarlo Luxardo (giancarlo.luxardo@univ-montp3.fr).

Pour les étudiants de Master, cette offre peut faire l’objet d’une convention de stage au laboratoire Praxiling.

Sous réserve de l’acceptation de la candidature (CV et lettre de motivation à adresser à giancarlo.luxardo@univ-montp3.fr et agnes.steuckardt@univ-montp3.fr) et d’un engagement pour une durée minimale de deux mois, ce stage pourra donner lieu à gratification.

  • Exposition « L’écriture des Poilus ordinaires » à Corte

L’exposition, enrichie de panneaux spécifiques sur les Poilus ordinaires corses, est accueillie par la bibliothèque universitaire de l’Université de Corte, d’octobre à décembre 2016, sous la responsabilité de Jean-Michel Gea.

Dans le cadre de cette exposition, Jean-Michel Gea a présenté le 17 novembre 2016 à l’Université de Corte une conférence intitulée : « L’écriture des Poilus ordinaires. 1914-1918 ou le partage de l’écrit ».

  • Conférence

La conférence « Le traitement informatique d’un corpus peu lettré. L’exemple de Corpus 14 », présentée en septembre 2016 par Agnès Steuckardt à l’Université  de Grenoble, est consultable en ligne :

http://lidilem.u-grenoble3.fr/actualites/seminaires-periodiques/seminaire-axe-1/article/agnes-steuckardt-laboratoire-457

  • Deuxième Réunion NeTPasts

L’ANR NeTPasts, porté par Praxiling, a tenu sa deuxième réunion les 14 et 15 octobre 2016, à Paris, Institut de Linguistique française. Elle a réuni 24 participants, représentants de neuf pays d’Europe.

Corpus 14, printemps 2016

Corpus 14, printemps 2016

  • Corpus 14 dans l’enseignement primaire et secondaire :

Workshop organisée par Corinne Gomila (Université de Montpellier, ESPé-FDE, Praxiling) le 18 mai, 14h-17h, Bâtiment Marc Bloch, salle 108. Interventions de

  • Christine Etienne (Ecole M. Soboul, Nîmes) : Dessins d’enfants/lettres de Poilus : du CE2 au CM2
  • Chrislène Vidal (Ecole E. Galan, Nîmes) : De l’étude des lettres de Marie et de Pierre Fabre à leur mise en voix
  • Céline Trahine (Ecole Yves Liotard, Uchaud) : Scènes de la Grande Guerre : du synopsis au film

Avec la participation de Anik Deschamps, Martine Jeandenans (Université de Montpellier, ESPé-FDE), Maguelone Nouvel-Kirschleger (Université Paul-Valéry Montpellier 3, CRISES).

  • Anr NeTPasts, Heidelberg, 31/05/2016-01/06/2016

Notre équipe a obtenu, pour son projet NeTPasts (European Network on Troubled Pasts) un financement ANR, en vue de répondre à l’appel à projet européen CULT COOP 02 (http://ec.europa.eu/research/participants/portal/desktop/en/opportunities/h2020/topics/3085-cult-coop-02-2017.html)

Pour la première réunion de l’ANR NeTPasts, les 31 mai et 1er juin, nous serons accueillis par nos partenaires de l’Université de Heidelberg, la Professeur Sybille Grosse et sa doctorante Lena Sowada.

  • Un soldat, plusieurs mains : les lettres dictées

Jules ne sait pas écrire. Tout au long des 5 années que dure sa guerre, il trouve, parmi ses camarades, des secrétaires un peu plus savants que lui. Ce corpus exceptionnel, qui nous a été communiqué par les Archives de l’Ardèche, a été transcrit par Beatrice Dal Bo (doctorante en Contrat doctoral) et Manon Pengam (étudiante de Master, en stage Corpus 14). Les transcriptions seront disponibles dans la deuxième version de Corpus 14. Dans ce passage, Jules décrit la condition d’illettré, en temps de guerre :

tu me dit que j’ecri pas souvent mai sait tu quand il faut se faire ecrire les lettres cest pas comode car quand on à un moement tout les camarades ecrivent les leurs enfin je taherez de tecrire un peu plus souvent (Jules Ramier, 17/12/1914)

 

Corpus 14, hiver 2016

Corpus 14, hiver 2016

  • Corpus 14 en librairie

Vous trouverez Entre village et tranchées. L’écriture des Poilus ordinaires, Uzès, Inclinaison, dans les bonnes librairies ! Notamment :

http://www.sauramps.com/entre-villages-et-tranchees-l-ecriture-de-poilus-ordinaires-4611410.html

http://www.librairiegoulard.com/9782916942469-entre-villages-et-tranchees-l-ecriture-de-poilus-ordinaires-agnes-steuckardt/

www.inclinaison.fr/livre.php?indexlivre=70

 

  • Corpus 14 à l’école

Corinne Gomila a pris des contacts avec des enseignants du primaire et du secondaire, en vue de l’exploitation didactique de notre projet de recherche. Elle animera une première rencontre le 23 février (Nîmes). Toute manifestation d’intérêt est bienvenue. Merci de vous adresser à Corinne Gomila (corinne.gomila@gmail.com).

Le Rectorat nous fait l’amabilité d’annoncer notre ouvrage sur son site :

http://www.ac-montpellier.fr/cid97241/entre-village-et-tranchees-l-ecriture-de-poilus-ordinaires.html

 

  • Corpus 14 à lire et à entendre

Un choix de lettres lues par Simon Mercier (Alfred), Séverine Brunel (Louise), Cédric Birouste (Laurent), Marie-Charlotte Galibert (Marie) est en ligne :

http://itic.univ-montp3.fr/corpus14

 

  • Corpus 14 à Aix

L’exposition « L’écriture des Poilus ordinaires » est à Aix jusqu’au 5 mars 2016.

Bibliothèque Méjanes, rue David et rue Gasquet, lundi 9h-18h, samedi 9h-18h, entrée libre.

Une conférence sera présentée le 25 février, Bibliothèque Méjanes, salle Armand Lunel, 18h30, par Agnès Steuckardt.

www.citedulivre-aix.com/Typo3/fileadmin/documents/Expositions/bulletins/MEJANES-fevrier2016.pdf

 

  • Une nouvelle stagiaire à Corpus 14

Manon Pengam, étudiante en Master 1 Sciences du langage, a commencé un stage « Corpus 14 » début février. Elle a pour mission notamment de transcrire les lettres dictées à ses camarades de tranchées par Jules Ramier, qui ne savait pas écrire.

Corpus 14, automne 2015

Corpus 14, automne 2015

  • Sortie, au mois de novembre, du livre issu de Corpus 14 :

Entre village et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires, Uzès, éditions Inclinaison.

http://www.inclinaison.fr/catalogue.php

  • Reportage sur le projet Corpus 14, diffusé sur FR3 Languedoc-Roussillon le 10 novembre 2015 (« Dans votre région », 9h50-10h50, et reprise au JT).

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/emissions/midi-pyrenees-languedoc-roussillon-matin/lundi-9-et-mardi-10-novembre-la-camargue-l-architecture-paysagere-et-le-devoir-de-memoire-de-14-18.html

Le dossier commence à 2mn55.

  • Deux journées d’études sur la Première Guerre mondiale, Archives départementales de Strasbourg, 25-26 novembre 2015. Participation de Jean-Christophe Pellat.

http://archives.bas-rhin.fr/actualites/deux-journees-d-etude-sur-premiere-guerre-mondiale-mois-novembre/

 

  • Colloque international « In Guerra con le parole », Université de Gênes, 25-28 novembre 2015. Participation de Sonia Branca, Beatrice Dal Bo, Jean-Michel Gea, Corinne Gomila, Agnès Steuckardt, Chantal Wionet.

http://praxiling.fr/colloque-en-guerre-avec-les-mots.html

 

  • Journée d’étude « Que faire des témoignages ? Enjeux de l’usage scientifique des témoignages », organisée par François Buton, Montpellier, le 10 décembre 2015. Participation de Nathalie Auger et Agnès Steuckardt.

 

  • Colloque international « Le métalinguistique comme source et lieu de l’hétérogénéité », Paris Ouest-Nanterre. Participation de Corinne Gomila.

http://www.afef.org/blog/espace.php?board=11&document=894

Corpus 14, été 2015

Corpus 14, été 2015

Nouvelles

  • Corpus 14 a son premier contrat doctoral. Beatrice Dal Bo, qui a soutenu son Master sous la direction de Chantal Wionet dans le cadre du Master international franco-italien, a réussi le concours de Contrat doctoral de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses recherches portent sur l’écriture des femmes peu lettrées.
  • L’ouvrage collectif sur la première version de Corpus 14 sera publié fin 2015 par la maison d’édition Inclinaison (Uzès), sous le titre Entre villages et tranchées. L’écriture de Poilus ordinaires.
  • La deuxième version de Corpus 14 inclura des correspondances et carnets de guerre communiqués par les départements de Charente-Maritime, d’Ardèche, de Saône-et-Loire. Lena Sowada, qui s’inscrit en doctorat à l’Université partenaire de Heidelberg, sous la direction de Sibylle Grosse, réalise une importante collecte dans les départements frontaliers France/Allemagne.

 

Salons, exposition

Le projet Corpus 14 était présent dans les salons et expositions suivants :

  • Rencontres du web 14-18 (10-11 avril 2015)

http://centenaire.org/fr/en-france/ile-de-france/paris/les-rencontres-du-web-14-18

  • Innovatives SHS (16-17 juin 2015)

http://innovatives.cnrs.fr/innovatives-shs-2015/presentation

  • Exposition itinérante « L’écriture des Poilus ordinaires », Montpellier, Délégation du CNRS, mai-juin 2015

Dans le cadre de cette exposition, ont été présentées le 28 mai une conférence (Agnès Steuckardt) et une lecture théâtralisée (Lise Karstenbaum, Mickaël Pelissier).

 

Prochain rendez-vous

  • Colloque international In guerra con le parole/En guerre avec les mots, Gênes, 25-28 novembre 2015, organisé par l’Université de Gênes, avec le soutien de Corpus 14

 

 

Retrouvez Corpus 14 sur son site : www.univ-montp3.fr/corpus14/

et sur Ortolang : http://corpus14.ortolang.fr/

Corpus 14, printemps 2015

Corpus 14, printemps 2015

 

  • 10-mars-30 avril 2015 : « L’écriture des Poilus ordinaires », Faculté d’Education de Nîmes, 62 rue Vincent Faïta, Nîmes, du lundi au vendredi, 8h-18h30.

Le vernissage aura lieu le 24 mars, à 12h15 (présence à confirmer à l’adresse suivante : annie.couradin@fde.univ-montp2.fr)

 

  • 26 mars 2015, 18h15 : Conférence « L’écriture des Poilus ordinaires. Etude de correspondances », Sonia Branca-Rosoff, Chantal Wionet, Archives départementales de l’Ardèche, Privas

 

  • 31 mars 2015, 14h : Conférence de Frédéric Rousseau « Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre ? », Université Paul-Valéry, Site Saint-Charles, salle 001, Rue du Professeur
    Henri Serre (station Albert 1er), Montpellier

 

Présentation de la conférence de Frédéric Rousseau :

« Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre ? », Montpellier, 31 mars 2015

 

Mon intervention s’inscrit dans une controverse historiographique dont les enjeux dépassent très largement la seule interprétation de la Grande Guerre : elle pose notamment une question qui anime en réalité toutes les sciences sociales dès lors qu’elles cherchent à éclairer les comportements individuels et collectifs : pourquoi les acteurs sociaux font-ils ce qu’ils font ? Et inversement, pourquoi ne font-ils pas ce qu’ils ne font pas ?

Que peuvent dire à ce propos les chercheurs en sciences sociales et les historiens ? Et de quelle documentation, de quels outils conceptuels disposent-ils pour approcher et décrire au plus près la réalité sociale ?

Personne ne doute de l’attachement que les hommes et les femmes de cette époque portaient à leur patrie. Mais pour autant, peut-on déduire les croyances et les motivations des individus de l’observation de leurs comportements collectifs ? Peut-on déduire le patriotisme des hommes mobilisés de l’observation du succès (indéniable) des mobilisations ? Au-delà, peut-on déduire le patriotisme des poilus de leur longue patience-obéissance (indéniable elle aussi) à supporter les horreurs de la guerre ? D’autres facteurs que le sentiment patriotique ne jouent-ils pas un rôle plus actif encore ?

J’essaierai de montrer que les historiens disposent d’un ample corpus de témoignages, de gens importants et de gens ordinaires. Ce type de traces permet tout à fait, sous certaines conditions, d’envisager ces questionnements majeurs pour comprendre le fonctionnement de nos sociétés.

 

Présentation : Frédéric Rousseau est Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul Valéry de Montpellier, chercheur rattaché au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales de Montpellier (CRISES) et membre du CRID 14-18 (www.crid1418.org); ses recherches portent sur les sociétés en guerre, les questions mémorielles, l’écriture de l’histoire, les usages du témoignage et de la photographie. Il est depuis septembre 2014 directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

Dernières publications : L’enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie, Seuil, 2009 ; La guerre censurée. Une histoire des combattants, Seuil, 2014 (3e édition avec une postface inédite : « Révisions ») ; La Grande guerre des sciences sociales (dir.), Athena, 2014.

 

Retrouvez Corpus 14 sur son site : http://www.univ-montp3.fr/corpus14/

Journée d’étude, 23 février 2015. « Écrits peu-lettrés. Analyses linguistiques »

« Écrits peu-lettrés. Analyses linguistiques »

Journée d’étude

Lundi 23 février 2015,  bâtiment Marc Bloch, Université Paul-Valéry Montpellier

9h-12h, bâtiment Marc Bloch, salle 108

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) : « La diversité graphique des lettres de poilus »

Lena Sowada et Sybille Grosse (Université de Heidelberg) : « Les correspondances des départements frontaliers »

Corinne Gomila (Université de Montpellier) : « Le discours rapporté dans Corpus 14 »

Joachim Steffen (Université de Kiel) : « Les lettres de Poilus et de leurs prédécesseurs : le discours épistolaire des soldats peu-lettrés dans une perspective diachronique »

14h-16h, bâtiment Marc Bloch, salle Jourda

France Martineau (Université d’Ottawa) : « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française » (voir aussi : http://www.praxiling.fr/activites-scientifiques-et-seminaires-praxiling-2014-2115.html)

 

Résumé des présentations

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg – LiLPa) : « Corpus 14. La diversité graphique des lettres de Poilus »

Il s’agit d’affiner la description globale déjà faite (Pellat, 2014) pour examiner la diversité des graphies individuelles de nos dix scripteurs, à deux niveaux :

  • décrire les choix graphiques individuels effectués pour traiter, chacun à sa façon, les difficultés de l’orthographe française
  • essayer de dégager des stratégies graphiques mises en œuvre par les dix

Hypothèses de départ :

  1. La variation graphique n’est pas historique (les graphies des 10 scripteurs sont stables dans la durée), mais son ampleur est différente en fonction du
  2. On peut distinguer des zones de stabilité (routines graphiques bien installées) et des zones de variation.
  3. Les choix graphiques de nos dix scripteurs donnent des profils généraux d’usagers qui font face aux difficultés de l’orthographe française, quelle que soit l’époque.

Plan

1. La diversité des choix graphiques

  • Ceux de Baillargues
  • Ceux du Soulié
  • Ceux du nord

2. Des stratégies graphiques face à la complexité de l’orthographe française

3. Des profils de scripteurs

 

Corinne Gomila (Université de Montpellier) : « Tu me dis, je t’ai dit et je te dis : repérage dans le corpus 14 de quelques formes de représentation du discours autre »

Après un recensement des différents types de discours rapporté construits avec le verbe dire, l’exposé s’attardera sur une forme typique du corpus, la « reprise diaphonique » tu me dis que P et son pendant « autophonique » je t’ai dit que P, avant d’explorer une zone de frontière entre discours rapporté et modalisation où la forme je te dis que P tient le premier rang.

 

Joachim Steffen (Université de Kiel) : « Les lettres de Poilus et de leurs prédécesseurs : le discours épistolaire des soldats peu-lettrés dans une perspective diachronique »

Le XIXe siècle est considéré communément comme l’époque à laquelle toutes les couches sociales en France ont fait la transition d’une culture orale à une culture scripturale. Avant ce passage collectif, il existait en France une bipartition entre une majorité illettrée et une minorité lettrée. Mais « l’entrée dans l’écrit » (Chartier) n’était pas un événement soudain ou l’expérience singulière d’une génération particulière, mais un processus graduel de rapprochement avec le monde des lettres et des textes, qui avait déjà commencé vers la fin du XVIIIe siècle, comme en témoignent de nouvelles sources manuscrites. La communication analysera – sur la base d’une sélection de textes du Corpus Historique du Substandard Français (CHSF) – les usages linguistiques des soldats depuis la Révolution jusqu’à la Première Guerre Mondiale, en mettant l’accent sur les rituels épistolaires (structure globale du texte, formules d’ouverture et de fermeture des lettres, signaux de changement de sujet, etc.) et sur l’évolution vers des structures progressivement plus libres et des usages de plus en plus créatifs du langage.

 

France Martineau (Université d’Ottawa, Laboratoire Polyphonies du français, Chaire Frontières, réseaux et contacts en Amérique française) : « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française »
Les écrits ordinaires, correspondance et journaux personnels, permettent de jeter un éclairage sur la langue, à travers les traces d’oralité qui percent l’écrit. Ils ouvrent également une fenêtre sur les pratiques linguistiques et les réseaux et alliances qui se tissent entre locuteurs d’une même communauté, notamment en contexte de bilinguisme.

Après une brève description du Corpus de français familier ancien (Martineau, Université d’Ottawa) constitué d’écrits de scripteurs de France et d’Amérique française, du 17e siècle jusqu’au début du 20e siècle, nous nous attarderons aux écrits de deux familles de condition modeste, écrivant aux 18e et 19e siècles au Canada français. Nous discuterons des stratégies d’écriture des peu-lettrés et de ce que peut révéler l’écrit sur les usages de l’époque, à un moment où le Canada français est isolé de la France, suite à la Conquête britannique, et où le contact avec l’anglais s’accroît. Nous montrerons également comment certaines pratiques linguistiques s’éclairent quand on examine les réseaux et le capital symbolique que représente la langue pour les locuteurs.

 

 

Point d’étape : décembre 2014

« L’écriture des poilus ordinaires » : exposition itinérante

Après la Bibliothèque Universitaire de l’Université Paul-Valéry (7 octobre-5 décembre), l’exposition sera visible sur les sites suivants :

Bibliothèque universitaire Richter (60 rue des Etats Généraux, Montpellier) (15 janvier-14février 2015)

Faculté d’Éducation, site de Nîmes (62 rue Vincent Faïta, Nîmes) (mars-avril 2015)

Délégation régionale du CNRS (1919 route de Mende, Montpellier) (20 mai-5 juin 2015)

http://www.cnrs.fr/languedoc-roussillon/index.htm

https://fr-fr.facebook.com/91011853389/photos/a.336129183389.152129.91011853389/10152791205343390/

 

L’exposition a été présentée dans un dossier de cinq pages, réalisé par la journaliste Marguerite Cros et paru dans La Gazette de Montpellier (4-10 décembre 2014). À la suite de la publication, la descendante d’un de nos poilus s’est fait connaître. Notre rencontre, à Pierres Vives, avec cette famille, a été organisée par Marguerite Cros, qui a écrit un nouvel article pour La Gazette (25 décembre 2014-1er janvier 2015).

 

Parallèlement, la Mairie du Soulié, qui a fait l’acquisition d’un double des panneaux, a organisé son exposition sur place, pour la commémoration du 11 novembre 2014. Stéphanie Fonvielle et Corinne Gomila ont donné, dans ce cadre, une conférence devant un auditoire fourni et « captivé » :

http://lesoulie.com/vie-locale/#1404205292554-5-6

L’exposition sera à nouveau visible au Soulié pendant l’été 215.

 

« Corpus 14 » continue en 2015, prochains rendez-vous :

  • Lundi 23 février 2015

9h-12h, bâtiment Marc Bloch, salle 108

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) : « La diversité graphique des lettres de poilus »

Lena Sowada et Sybille Grosse (Université de Heidelberg) : « Les correspondances des départements frontaliers »

Corinne Gomila (Université de Montpellier) : « Le discours rapporté dans Corpus 14 »

Joachim Steffen (Université de Kiel) : « Les lettres de Poilus et de leurs prédécesseurs : le discours épistolaire des soldats peu-lettrés dans une perspective diachronique »

14h-16h, bâtiment Marc Bloch, salle Jourda

France Martineau (Université d’Ottawa) : « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française » (voir aussi : http://www.praxiling.fr/activites-scientifiques-et-seminaires-praxiling-2014-2115.html)

  • Jeudi 26 mars 2015

18h, Archives départementales de l’Ardèche (Place André Malraux, Privas)

Conférence de Sonia Branca-Rosoff, Agnès Steuckardt, Chantal Wionet : « L’écriture des Poilus ordinaires. Correspondances peu-lettrées de la Grande Guerre »

  • Mardi 31 mars 2015

14h-16h, Université Paul-Valéry, Site Saint Charles, salle 001

Conférence de Frédéric Rousseau (Université Paul-Valéry, Montpellier) : « Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre : l’apport irremplaçable des témoignages des gens ordinaires »

Avec les meilleurs vœux de l’équipe pour la nouvelle année !

7 octobre 2014 : réunion (Marc Bloch, 108) et début de l’exposition (BU)

 

  • Exposition : « L’écriture des Poilus ordinaires », 7 octobre-5 décembre 2014, Bibliothèque Universitaire, Campus route de Mende

 

  • Prochaine journée « Corpus 14 » : 7 octobre 2014, 9h30-17h, Université Paul-Valéry Montpellier, bâtiment Marc Bloch, salle 108

« Pratiques de l’écrit dans la Grande Guerre : les soldats et leur famille (Allemagne, France, Italie) »

9h30-12h : État des lieux

« Corpus 14 », nouveaux fonds (Archives de Charente-Maritime et d’Ardèche), nouveau site (Agnès Steuckardt et Giancarlo Luxardo, Université Paul-Valéry Montpellier-CNRS)

Archives des départements frontaliers (Sibylle Grosse, Lena Sowada, Université de Heidelberg)

Fonds des Archivio Ligure della Scrittura Popolare  (Chantal Wionet, Beatrice Dal Bo, Université d’Avignon)

Fonds privé Charles Bruneau (Matthieu Quignard, CNRS, Lyon)

12h-14h : Déjeuner, avec Anne-Marie Motard, Directrice des Relations Internationales de l’Université Paul-Valéry Montpellier et Katja Wimmer, Responsable de l’accord-cadre Montpellier-Heidelberg

14h-17h : Pistes pour un projet européen

En fin de journée, visite de l’exposition à la Bibliothèque Universitaire, campus Route de Mende

 

  • « Corpus 14 » sur le site de la Mission Centenaire : voir l’article « La langue dans la Grande Guerre » (Agnès Steuckardt, Gilles Siouffi)

http://centenaire.org/fr/espace-scientifique/societe/la-langue-dans-la-grande-guerre

 

Point d’étape : juillet 2014

« Corpus 14 » première version est désormais en ligne sur la plateforme Ortolang :

http://www.ortolang.fr/browse/index.php?page=projectlist&lang=fr

Le corpus peut également être interrogé par la plateforme TXM :

http://portal.textometrie.org/demo/?locale=fr

Pour obtenir identifiant et mot de passe, contacter agnes.steuckardt@univ-montp3.fr

 

Prochains rendez-vous :

  • septembre-novembre 2014, exposition « L’écriture des Poilus ordinaires », Bibliothèque centrale Inter-Universitaire, Université Paul-Valéry Montpellier, campus Route de Mende.
  • 7 octobre 2014, 9h-17h, Université Paul-Valéry Montpellier, bâtiment Marc Bloch, salle 108 : Workshop « Pratiques de l’écrit. Correspondances de guerre », organisé dans le cadre de notre partenariat avec le Pr. Sybille Grosse, Université de Heidelberg.

 

Le projet a fait l’objet de plusieurs présentations nationales et internationales. En ligne :

  • « De l’écrit vers la parole. Enquête sur les correspondances peu-lettrées de la Grande Guerre »

http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2014/05/shsconf_cmlf14_01159.pdf

  • « Expériences de structuration et modélisation des contenus dans le projet Corpus 14 »

http://www.praxiling.fr/spip.php?action=acceder_document&arg=767&cle=799bf3b0a5fb5f563e5ef25aaede8511abbec44b&file=pdf%2FCorpus14_lyon.pdf

  • « Corpus 14 : une ressource pour l’analyse de l’écrit peu-lettré »

http://www.praxiling.fr/spip.php?action=acceder_document&arg=769&cle=dabb4674051573453bab2156dfdc6d390dca4a7a&file=pdf%2FCorpus_14_9_avril_en_ligne.pdf

Réunion « Corpus 14 », 20 mai 2014, 13h-15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h)

La prochaine réunion « Corpus 14 » se tiendra le mardi 20 mai, de 13h à 14h, salle Jourda et de 14h à 15h à la Bibliothèque Inter-Universitaire.

Nous entendrons  d’abord la conférence de Jean-Michel Géa, qu’il n’avait pu présenter le 18 février (ci-dessous, rappel de la présentation). Nous préparerons ensuite l’intervention de l’équipe au colloque « La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées », dont le programme peut être consulté sur :

http://www.praxiling.fr/colloque-la-premiere-guerre-mondiale-et-la-langue-approches-croisees,328.html

http://pgm2014.sciencesconf.org/

Nous rejoindrons à 14h Juliette Philippe à la bibliothèque pour la préparation de l’exposition.

 

Jean-Michel Gea (Université de Corte – LISA, UMR 6240)

Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ?

Un peu plus de trois décennies après la généralisation de l’école publique gratuite et obligatoire, les correspondances des poilus constituent une source de renseignement utile pour à la fois mesurer la substitution linguistique et les progrès de l’apprentissage de l’écriture chez les populations rurales. Dans les lettres qu’Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, dialectophones naturels, adressent à leurs proches on relève des phénomènes d’interférence, d’emprunt, de calque ou d’hybridation à mettre au compte de leur langue maternelle. On s’interrogera cependant sur la vitalité des marques dues à leur vernaculaire car le français est déjà pour eux le moyen d’échange privilégié et ultra-prédominant. À cela, on trouvera bien sûr des points d’explication dans la coexistence inégalitaire entre le français et le dialecte qui tend à exclure ce dernier de la fonction de l’écrit. Mais la dynamique de la diglossie n’est sans doute pas seule à pouvoir rendre compte du choix de la langue. Si l’on envisage la dimension énonciative et pragmatique de la lettre, la place relative du dialecte peut s’interpréter comme liée à la construction de l’identité sociale de celui qui écrit. Prendre la langue nationale comme « langue de guerre » est peut-être aussi pour l’épistolier un moyen de légitimer son rôle et sa place de soldat dans la nation en guerre.

Réunion « Corpus 14 », 1er avril 2014, 13h-15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h)

La prochaine réunion « Corpus » 14 se tiendra mardi 1er avril, de 13h à 15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h).

Nous ferons dans un premier temps un point sur l’avancement du projet :

  • Présentations récentes à l’ESPE d’Avignon par Stéphanie Fonvielle et Corinne Gomila, et au CRDP de Montpellier par Corinne Gomila (Colloque La Grande Guerre en Languedoc-Roussillon)
  • Conférence aux Archives départementales de Charente (24 avril)
  • Intervention de l’équipe au colloque « La guerre de 14 et la langue » (12 juin)

Nous rejoindrons ensuite, dans l’openspace de la BIU, Juliette Philippe, qui nous montrera les premiers projets de panneaux, pour l’exposition de septembre 2014.

Réunion « Corpus 14 », 18 février 2014, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, salle Jourda

Trois conférences pour cette réunion du 18 février, présentées respectivement par Nathalie Auger (Université Paul Valéry-Montpellier 3), Jean-Michel Gea (Université de Corte), Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) (voir présentations ci-dessous).

Après cette séance se réunira, à 16h, la commission « Exposition ».

« Corpus 14 » sera présent aussi au Writing Research Across Borders III (Université Paris-Ouest Nanterre La Défense) : mercredi 19 février, 14h-18h. Symposium N2, salle 303 et Session U2/U3, salle 315.

 

Nathalie Auger (Université Paul Valéry-Montpellier 3 – Praxiling, UMR 5267)

La désignation de l’Autre

Comment nommer l’autre, l’ennemi, en temps de guerre ? Dans cet exposé, je me propose de regarder les ethnonymes utilisés dans les lettres des Poilus de 14-18 qui composent le Corpus 14. J’aborderai d’abord la façon de nommer l’autre (Boch(e), Alboch(s), Allemand, Prussien etc.).

L’analyse quantitative et qualitative du corpus permet d’aboutir à différentes conclusions. Par exemple, selon le moment de l’écriture de la lettre, l’autre est plus ou moins convoqué (plus la distance physique est proche, plus la mention de l’autre est importante). D’ailleurs, les femmes ne mentionnent jamais l’ennemi dans notre corpus.

Par ailleurs, il est remarquable que la variabilité de ces utilisations des ethnonymes est grande, non seulement du point de vue temporel, mais aussi du point de vue des scripteurs. Certains soldats nomment davantage l’ennemi que d’autres, élément qui montre l’état d’esprit des appelés par rapport à la guerre en cours. Enfin, un même scripteur peut évoluer dans sa manière d’envisager l’autre, ce qui informe sur la complexité à l’œuvre selon les événements vécus au front.

 

Jean-Michel Gea (Université de Corte – LISA, UMR 6240)

Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ?

Un peu plus de trois décennies après la généralisation de l’école publique gratuite et obligatoire, les correspondances des poilus constituent une source de renseignement utile pour à la fois mesurer la substitution linguistique et les progrès de l’apprentissage de l’écriture chez les populations rurales. Dans les lettres qu’Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, dialectophones naturels, adressent à leurs proches on relève des phénomènes d’interférence, d’emprunt, de calque ou d’hybridation à mettre au compte de leur langue maternelle. On s’interrogera cependant sur la vitalité des marques dues à leur vernaculaire car le français est déjà pour eux le moyen d’échange privilégié et ultra-prédominant. À cela, on trouvera bien sûr des points d’explication dans la coexistence inégalitaire entre le français et le dialecte qui tend à exclure ce dernier de la fonction de l’écrit. Mais la dynamique de la diglossie n’est sans doute pas seule à pouvoir rendre compte du choix de la langue. Si l’on envisage la dimension énonciative et pragmatique de la lettre, la place relative du dialecte peut s’interpréter comme liée à la construction de l’identité sociale de celui qui écrit. Prendre la langue nationale comme « langue de guerre » est peut-être aussi pour l’épistolier un moyen de légitimer son rôle et sa place de soldat dans la nation en guerre.

 

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg, UR LiLPa (EA 1339))

Les graphies des Poilus, loin des canons orthographiques

À la fin du XIXe siècle, Alfred, Ernest, Laurent et les autres ont appris à écrire, comme tous les petits Français, à l’école de la République, qu’ils ont quittée vers 11-12 ans pour aller travailler à la vigne ou dans les champs. En septembre 1914, appelés à combattre pour la France, ils ont dû se remettre à l’écriture, pour échanger des nouvelles du front avec leur famille. Leurs lettres constituent un témoignage précieux du degré de maîtrise de l’orthographe française à l’issue d’une (brève) scolarité primaire, ce qui était le cas de la majorité des Français. Dans les années 1873-1877, un inspecteur général de l’instruction primaire, Gaspard Beuvain d’Altenheim, avait fait passer une dictée itinérante à plus de 10 000 élèves du Primaire, aux quatre coins del’hexagone, donnant à sa façon, malgré des imperfections statistiques, avant les enquêtes PISA, une photographie des difficultés en orthographe des petits Français, avant les lois de Jules Ferry (Chervel & Manesse 1989 : LA DICTEE. Les Français et l’orthographe, 1873-1987, INRP/ Calmann-Lévy). Car au cours du XIXe siècle, l’orthographe devient la grande affaire du Primaire, qui va y consacrer de plus en plus de moyens (formation des maitres, exercices quotidiens de grammaire et d’orthographe, dont la dictée, …) ; la grammaire scolaire a été mise en place au XIXe siècle pour répondre aux nécessités de l’enseignement de l’orthographe grammaticale (Chervel 1977 : Histoire de la grammaire scolaire. Et il fallut apprendre à écrire à tous les petits Français, Payot ; on a retrouvé le manuel d’Ernest Viste, Larive & Fleury, La première année de grammaire – Cours moyen (9 à 11 ans), 1897). Les lettres des Poilus et de leurs épouses nous permettent de mesurer ce qui reste de l’enseignement reçu quand on est devenu adulte.

Disons-le d’emblée, contrairement à l’enquête de Beuvain, il ne s’agit pas de relever les fautes, ni d’évoquer les lettres et leur néant orthographique, mais d’observer et d’expliquer les usages graphiques des Poilus, un peu comme les spécialistes du Moyen Age, époque où l’orthographe du français n’était pas fixée (d’ailleurs, certains usages de ceux-là se trouvent déjà dans les manuscrits du Moyen Age). On renoue ainsi avec le travail pionnier d’Henri Frei (1929, La grammaire des fautes ; Presses Universitaires de Rennes, 2011), qui avait utilisé « une partie des lettres parvenues à l’Agence des Prisonniers de Guerre » à Genève (p. 42). Ces usages se caractérisent par une grande variation graphique, que l’on peut résumer suivant quelques axes précis :

  • Ponctuation : nos scripteurs utilisent peu de signes de ponctuation (voir A. Steuckardt, « Sans point ni virgule ») et ne se servent guère des majuscules pour délimiter des phrases.
  • Démarcations graphiques : on observe systématiquement deux tendances contraires, la soudure graphique, sans apostrophes (aujourd’hui, Alfred ; parfois, en fausses coupes : l’orsque, l’etre), principalement des pronoms et des articles (jai, quil, letat, laba, tecrire, ébien), et des segmentations en mots (blancs) approximatives (passe port ; il la n’est de méme pour vous autres ; en na prenant ; na rive rapas), révélant parfois des problèmes de compréhension (je pe ta voier ; je pense quenme ten du toii avoir recu ; aicla debus ; nous vouelles ; nous sana von).
  • Accents et signes auxiliaires : comme avant le XVIIe  siècle, les accents sont rares, surtout l’accent grave (Chère Epouse) et l’accent circonflexe (eût : Alfred). On rencontre de temps en temps l’accent aigu sur é, sans que les règles d’accentuation  soient appliquées (bléssure, soignér, chér Epoux, éspoir ; répètte ) et souvent à la place des deux autres accents, surtout le grave (méme ; chévres, deuxiéme, mére, trés). Quant à la cédille, elle est assez rare (reçu ou recu, recoi), parfois placée à tort (çi (=si), çe, reçevoir).
  • Les règles de transcription (phonographiques) ne sont pas toujours respectées : enbrasse, embrase,  chausette,  mengera,  araite.  On  peut  parfois  trouver  une  explication  régionale, puisque ces personnes parlaient la langue régionale : sanger pour changer , dega pour déjà (Ernest), lingue pour linge, carriese (Joséphine). Laurent abuse du digramme au : nautre, vaux (possessifs), faurt, alaur.
  • Les régionalismes lexicaux sont plus nets, mais pas très fréquents : roustir, poutoune (bouto chez Joséphine). Les consonnes doubles sont souvent simplifiées (etonee, apprendre, somes, aplaudi, quitera) ou employées à tort (cella, consoller, parrait, carresse).
  • Les  lettres  dérivatives  (marques  lexicales)  ne  sont  pas  toujours  présentes  ou  exactes : contant, ouver, eta, ecri, coli, fon, prand).
  • L’orthographe grammaticale est massivement approximative : les conjugaisons sont souvent erronées ; les formes en E sont régulièrement mélangées (formes chanté, chanter, chantez, chantait : vous tomber, je vous direz, vous risqué, sa a etai, tu navez, tu m’envera ) ; les accords du verbe avec le sujet ne sont pas assurés (je suit, sai, repon, voit ; je vous dirait, tu souffre ; nous iron), pas plus que ceux de l’attribut (nous sommes arrivé) ; les noms ou les adjectifs devant se mettre au pluriel restent au singulier et inversement (ta lettres, la livres). La plupart écrivent santée, se souvenant sans doute de la règle scolaire du –e des féminins. Autant dire que l’accord du participe passé employé avec avoir est exceptionnel (celles que je tai dega envoyees, Ernest).
  • Les homophones grammaticaux ne sont guère distingués graphiquement : a (=à), ou (=ou), ce (=se), sai (=c’est), ces (= ses), on (=ont), sa (=ça), peut (=peu), de même que les homophones lexicaux (la fain = fin).
  • Les lettres étymologiques ou historiques manquent, en particulier dans temps (ten) : abituer, sinpathie, toujour, photografie.

Cependant, même si les tendances générales sont semblables, on observe quelques différences entre nos scripteurs. Alfred Foray et Pierre Fabre ont une orthographe plus sûre, rencontrant moins de problèmes de segmentation de mots et faisant globalement moins d’erreurs ; ils sont peut-être restés plus longtemps à l’école et ils auraient pu passer le certificat d’études primaires, qui n’était pas ouvert à tous comme on pourrait le croire. A l’inverse, Laurent Pouchet manifeste de grandes difficultés orthographiques, qui se révèlent en particulier dans la segmentation et la soudure des mots. Quant aux femmes, elles ont beaucoup plus de difficultés que les hommes, en raison d’une scolarité déficiente au XIXe siècle, avec des enseignant(e)s ignorant (e)s. Josephine Pouchet a de grandes difficultés d’expression, qui rendent par endroits ses lettres difficiles à comprendre : il anait de maim ; ensableux ; il a falus les prade conme il et tes ; sacoude tro cher prou te lan voier (09.01.1915). Chaque scripteur manifeste relativement peu d’hésitations (apresant / apresan), qui sont plutôt des lapsus calami, mais suit davantage des routines graphiques (mêmes graphies, mêmes segmentations ou soudures, …).

Ces lettres pourraient témoigner de l’échec partiel de la grammaire scolaire pour tout ce qui concerne l’orthographe grammaticale ou de la faible importance accordée à certains secteurs graphiques, comme les accents et autres signes auxiliaires (ponctuation comprise). Elles nous révèlent surtout les zones de fragilité orthographique et les secteurs de variation établis par Lucci & Millet (1994 : L’orthographe de tous les jours : enquête sur les pratiques orthographiques des Français, Champion), notamment les diacritiques (les accents surtout), les  morphogrammes nominaux et verbaux et les homophones grammaticaux, ainsi que les hésitations sur les formes verbales homophones en /E/ (Brissaud & al. 2006 : « Les formes verbales homophones en /E/ entre 8 et 15 ans : contraintes et conflits dans la construction des savoirs sur une difficulté orthographique majeure du français », Langue française 151, p. 74–93.). Et les lettres retrouvent des usages ayant existé dans l’histoire de l’orthographe française, soit des confusions anciennes (il a chanter), soit des choix de codification effectués à une certaine époque (accent aigu pour l’accent grave aux XVIIe et XVIIIe siècles : trés, deuxiéme ; finales verbales du présent : je sai, voi, …). L’orthographe française, au fond, n’est pas aussi tranchée qu’on pourrait le croire.