Portail de textométrie

J’ai le plaisir de vous annoncer que le portail de textométrie de Praxiling est accessible à cette adresse :
http://textometrie.univ-montp3.fr

Vous pouvez vous inscrire pour consulter les corpus qui y sont actuellement déposés :
– plusieurs versions en développement de Corpus 14
– corpus de l’édition de la Queste del Saint Graal de Christiane Marchello-Nizia et Alexei Lavrentiev
– corpus de discours de présidents français, édité par Damon Mayaffre
– corpus de discours de vœux présidentiels français, édité par Jean-Marc Leblanc

Des instructions et des liens pour la documentation sont disponibles à partir de la page d’accueil.

Ce portail, réalisé avec l’aide de l’équipe Textométrie du laboratoire ICAR de Lyon, tourne sur un serveur mis à disposition par l’UPV et est basé sur le logiciel TXM. Il représente le premier portail TXM opérationnel rendu public après celui de la Base de Français Médiéval à Lyon. Il est destiné à accueillir d’autres corpus écrits ou transcriptions de corpus oraux.

Intersubjectivité et numérique

INTERSUBJECTIVITE et NUMERIQUE

Questionnements : rapport du sujet à autrui (en contexte numérique)

1) Orientation fédératrice des projets menés par les chercheurs de l’équipe 2.

2) Deux spécificités du travail scientifique autour de l’intersubjectivité concernent :

  • la dynamique de l’intersubjectivité :  la genèse du sujet et de l’autre
  • et son énonciation/inscription dans des dispositifs numériques (contexte et terrain d’investigation de l’équipe)

3) Méthodologie impliquée par les technologies :

  • saisie, observation des discours, des interactions, des praxis ;
  • questionnement des pratiques et des usages au regard de cette notion d’intersubjectivité.

 

Ce projet est mis en place dans le cadre de l’équipe 2 du laboratoire nommée « Discours, Interaction, Praxis et Environnements Numériques »  pour 2015-2020.

Scripturalités / oralités : approches, concepts et méthodes d’analyses de discours et de corpus hors normes

https://www.pres-suddefrance.fr/sherbrooke/assets/scripturalites.pdf

Réunion fermée

Objet :

Planification d’un colloque organisé en partenariat par l’Université de Sherbrooke et l’Université Paul-Valéry Montpellier III. Le projet est d’inscrire ce colloque dans le cadre des Rencontres scientifiques Montpellier-Sherbrooke en 2015.

Le colloque est dédié aux méthodologies et approches analytiques de discours et de corpus hors normes. Plus spécialement ancré en Sciences du langage, il sera ouvert à toute recherche sollicitant des discours et corpus « hors normes ».

L’activité sera introduite par une présentation de Karine Collette, sur la problématique des méthodologies hybrides en analyse de discours (quelques exemples et réflexions).

Matière :

Communication professionnelle écrite, Analyse de discours

Lieu :

Université Montpellier 3

Campus :

Site Saint Charles, Rue du Professeur Henri Serre 34080.

Site de Mende, Route de Mende 34199, Montpellier Cedex 5

Salle : N° 214 (Site Saint Charles) & ITIC Bâtiment Marc Bloch (Site de Mende)

Date :

Vendredi 28 de 10h à 12h30 et de 14h30 à 16h30.

Référant Montpellier :

Agnès Steuckardt,

Praxiling UMR 5267 (CNRS), département de Sciences du langage, Université Montpellier 3.

Référant Sherbrooke:

Karine Collette,

CATIFQ, Faculté des Lettres et des Sciences  Humaines, Université de Sherbrooke.

La guerre de 14 et la langue. Colloque co-organisé par Praxiling

Appel à communications

 

 

« La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées »

 

Lieu : Université Paris-Sorbonne et Centre d’histoire de Sciences Po

Date prévisionnelle : 12-13 juin 2014

Voir aussi : http://www.stih.paris-sorbonne.fr/coll1914/

 

Comité d’organisation :

Odile Roynette (université de Franche-Comté et Centre d’histoire de Sciences Po)

Gilles Siouffi (université Paris-Sorbonne)

Stéphanie Smadja (université Paris 7)

Agnès Steuckardt (université Paul-Valéry Montpellier 3)

 

Comité scientifique :

Stéphane Audoin-Rouzeau (directeur d’études à l’EHESS)

Hélène Baty-Delalande (maîtresse de conférences en littérature, université de Paris 7)

Annette Becker (professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense  / IUF)

Gabriel Bergougnoux (professeur de linguistique à l’université d’Orléans)

Sonia Branca-Rosoff (professeur émérite en linguistique à l’université de Paris 3)

Bruno Cabanes (associate professor en histoire contemporaine à Yale University)

Jean-François Chanet (professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris Sciences Po Paris)

Jean-Claude Chevalier (professeur émérite, université de Paris 8)

Jacques Dürrenmatt (professeur en Langue française, unievrsité Paris-Sorbonne)

Jacques Guilhaumou (directeur de recherche émérite, CNRS, section 34)

John Horne (professeur d’histoire contemporaine à Trinity College Dublin)

Jean-Marie Klinkenberg (professeur émérite en sémiologie et rhétorique à l’université de Liège, président du Conseil Supérieur de la Langue Française de Belgique)

Peter Koch (professeur, Romanisches Seminar, université de Tübingen)

R. Anthony Lodge (professeur émérite en Langue Française, University of St Andrews)

Marie-Anne Paveau (professeure en analyse du discours, université Paris 13)

Gilles Philippe (professeur de linguistique, université de Lausanne)

Christophe Prochasson (directeur d’études à l’EHES)

Frédéric Rousseau (professeur en Histoire contemporaine, université Paul-Valéry Montpellier 3)

Odile Roynette (maîtresse de conférences habilitée en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté et chercheure associée au Centre d’histoire de Sciences Po)

Jean-François Sablayrolles (professeur de lexicologie, université Paris 13)

André Thibault (professeur en Langue française, université Paris-Sorbonne)

Carine Trevisan (professeure en littérature du XXe siècle, Paris 7)

Jay Winter (professeur d’histoire contemporaine à Yale University)

 

Argument :

Dans le panorama des manifestations prévues autour de la Grande Guerre en 2014, une place est légitime pour un colloque réunissant historiens, linguistes et spécialistes de la littérature autour du devenir de la langue française, des parlers et des langues européennes impliquées, pendant la période du conflit. Deux raisons à cela. D’une part le rôle démarcatif que l’on attribue souvent à cet événement historique dans les histoires de la langue française (voir ANTOINE, G., dir., Histoire de la langue française des origines à nos jours (1914-1945), Paris, CNRS, 1995 par exemple), ce qui pose la question des coïncidences de périodisation entre l’histoire de la langue et l’histoire de la guerre. D’autre part la relative désaffection dont a fait l’objet chez les linguistes, depuis une date déjà ancienne, l’histoire du français des XIXe  et XXe siècles, français jugé trop proche de nous pour qu’un regard historique paraisse nécessaire.

Surtout, la Première Guerre Mondiale s’offre comme un laboratoire potentiel passionnant et en grande partie inexploré pour quelques-unes des questions fondamentales que se pose la linguistique aujourd’hui, en particulier depuis l’émergence de la sociolinguistique, et de la mise au premier plan de la question des usages.

Autant de raisons pour réexaminer à nouveaux frais l’« événement de langage » que fut aussi cette période de drames et d’intense reconfiguration des relations interpersonnelles.

À la différence de certains événements ayant eu lieu dans un passé plus reculé, la Première Guerre mondiale a ceci de particulier qu’elle nous a laissé un matériau très abondant, essentiellement écrit, mais aussi oral, matériau qui a déjà fait l’objet de soins patrimoniaux et d’études, et qui va, à l’occasion du chantier mis en œuvre pour le centenaire, être exploré de façon beaucoup plus systématique, notamment par le biais de la numérisation. Ainsi, ce sont de véritables corpus qui vont devenir exploitables pour les linguistes.

Jusqu’à présent, l’accent a été mis sur les témoignages littéraires, et sur la question de l’« argot » des tranchées en France comme dans les principaux pays belligérants pour lesquels les sources (dictionnaires, lexiques, enquêtes etc…) sont abondantes mais ne sont pas forcément toutes explorées, notamment dans les pays étrangers. Pour autant, l’éventail des questions linguistiques relatives à la guerre est beaucoup plus vaste.

 

Le colloque se propose d’ouvrir le champ, et d’examiner notamment les thèmes suivants :

 

– la question de la périodisation. La Première Guerre mondiale est-elle le moment qui sépare le français du XIXe siècle du français du XXe siècle, et si oui, pourquoi ? Sur quels éléments se fonde-t-on ?

– la question des parlers. La Première Guerre mondiale est parfois considérée comme le moment décisif du recul des patois en France, les soldats envoyés au front étant souvent amenés à renoncer à leurs parlers maternels pour passer au français. Qu’en est-il exactement ? Y a-t-il eu, comme ce fut le cas dans l’armée française avant 1914, pratique du bilinguisme, un bilinguisme qui avait facilité, pour les soldats qui employaient un dialecte ou un patois dans leur vie quotidienne, leur acculturation au monde militaire et à ses contraintes, formulées en français et, par conséquent, leur acceptation du service militaire en temps de paix ? Plus globalement, la Première Guerre mondiale joue-t-elle un rôle important dans la diffusion d’une langue nationale perçue ou vécue comme un facteur d’unité et de cohésion ?

– la question de l’argot et plus largement de la néologie. Elle est celle qui a le plus motivé, dès la guerre elle-même, de littérature documentaire, souvent à visée pittoresque. Y a-t-il eu un « parler poilu » ? Quels sont les faits, au-delà des représentations et des stéréotypes ? Quelles sont les sources qui permettent d’y accéder (dictionnaires, lexiques, articles de journaux, mais aussi chants) ? Il faut s’interroger, en particulier, sur les modes de dissémination d’un vocabulaire né au sein du monde militaire et qui entre pendant ce conflit dans les usages civils jusqu’à un certain point. Quels regards sont portés de part et d’autre (du côté civil comme du côté combattant) sur ces appropriations ? Comment peut-on les mieux connaître ?

– la question du contact des langues (apprentissage accéléré de langues étrangères, idiomes véhiculaires, traductions, interprétariat…). Il faut s’interroger sur les rapprochements entre les différentes langues employées sur les fronts, sur les interactions entre ces langues pendant le conflit et mieux connaître, à cet égard, le rôle des interprètes militaires, leur origine, leur formation, leur production scientifique, quand elle a existé pendant et après les hostilités. On pourra également s’interroger sur les contextes de traduction, par exemple celui propre aux conférences interalliées. La question de l’impact linguistique du (des) nationalisme(s) doit également être abordée.

– la question des parlers spécialisés, notamment militaires, plus largement techniques et de leur adaptation aux réalités de la guerre moderne seront également au cœur de nos interrogations. Dans quelle mesure le vocabulaire technique, dont une partie appartenait au domaine argotique, a-t-il traduit les modalités nouvelles de l’expérience de guerre et les réactions (adhésions, résignations, résistances) que ces dernières pouvaient soulever chez les combattants ? Plus largement, on peut ici élargir la réflexion au rôle de la guerre sur le développement des sciences liées à la guerre (psychiatrie de guerre, art vétérinaire etc…)

– les questions relatives à l’écrit. Pendant la guerre, de nombreuses personnes (soldats et familles) ont été amenées à écrire le français, sinon pour la première fois, au moins pour la première fois de façon aussi extensive. Qu’en est-il de ce nouvel écrit d’un point de vue linguistique ? Observe-t-on des évolutions dans la littératie ? Observe-t-on des évolutions dans l’expression des émotions ? La guerre modifie-t-elle l’expression de l’intime, voire la notion d’intime elle-même ?

– les questions d’éducation. La scolarisation a été perturbée pendant les années de guerre et les historiens de l’éducation se sont relativement peu intéressés à ces questions jusqu’à présent. Comment l’école s’est-elle adaptée aux réalités surgies de la guerre ? Son enseignement, celui de la langue nationale notamment, a-t-il subi de sensibles modifications ? Tout cela a-t-il eu un impact sur la transmission de la langue, sur les pratiques, les normes ?

 

Au total, au travers de l’analyse linguistique de l’événement que constitue la Guerre de 14-18, le colloque a pour but de montrer que l’étude attentive des questions de langage est à même d’avoir des implications sur l’ensemble des questions historiques et culturelles relatives à cet événement, et d’en renouveler l’approche. Cette rencontre, qui voudrait viser un public large, entend aussi par ce biais stimuler les rencontres entre historiens et linguistes autour de nouveaux objets.

Les propositions de communications sont à adresser par e-mail (document attaché de préférence en format word, rtf ou pdf) à l’adresse suivante : colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr avant le 30 juin 2013.

Les propositions comprendront un titre, les noms et qualités de leurs auteurs ainsi qu’un résumé de 1000 signes maximum. Elles seront évaluées par le comité scientifique.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

 

 

Call for papers

 

Language during the First World War. Interdisciplinary perspectives.

Paris on June 12-13, 2014

 

In the context of the upcoming commemorations of the First World War in 2014, the purpose of this conference is to bring together the research by linguists, historians and specialists of literature around what happened to the French language – and to other languages – during the conflict. For some, the First World War is a turning point in the history of the French Language. This standpoint raises the question of the coincidence between language change and historical change, and of the possible use of periodization. Furthermore, the history of the French Language during the 19th and 20th century has not been much explored recently, as these times may appear too near to us for the diachronic approach to be deemed necessary.

As a matter of fact, the First World War seems to have fascinating potential for sociolinguistic enquiries, as some of its language material still remains unexploited, and may reveal a fruitful case study for some of today’s most important issues in the linguistic field – the question of variation and language use, for example.

Indeed, while the quantity of written material that remains from some more ancient periods can prove scarce and frustrating, this is not the case with the First World War. An enormous quantity of sources is available – some of them even oral sources -, constituting a rich heritage, and there is no doubt that during this period of commemorations, some of them will be more systematically explored. Through digitization, new corpora will be made available for researchers.

While existing studies mostly put a stress on literary testimonies or the use of argot on the front lines, the purpose of this conference is to open up the range of possible linguistic issues and raise a number of questions that have not been so far dwelt upon in much detail.

Proposals on the following aspects will be particularly considered :

– The First World War as a landmark. Is the First World War a real turning point for the French language ? On what grounds is this thesis defended ?

– The use of dialects. Is the First World War the moment when, as soldiers sent to the front had to adopt French as a vehicular language, the use of dialects began a phase of serious decline ? Were the soldiers bilingual in their every-day life ? Did the First World War play a role in the perception of French as a « national language », attached to military values, to the ideas of unity and cohesion of the nation ?

– The use of argot and neologism. Was there such a thing as a « parler poilu » ? Behind all the picturesque aspects developed by a significant literature, often published during the war itself, and tending to promote clichés and stereotypes, what are the facts ? What kind of sources can be used : dictionaries, newspapers, songs… ? To what extent did the new ways of speaking spread into the civil society after appearing on the front ? How were these new forms of speech regarded ? What were the private and general attitudes towards them ?

– Language contact. During the war, the practice of learning a foreign language, of translating, of interpreting, was significantly increased. Who were the interpreters ? What was their education, their capability, their experience ? How did the different languages involved interact with each other ? How did the joint staffs work ? In which contexts did translations take place ? Did nationalist ideas and ideologies play a role ?

– The use of writing. During the war, a number of individuals (soldiers and their families) had to write in French, perhaps for the first time ever, but certainly for the first time on that scale. Is there a linguistic specificity to those written productions ? Did the level of literacy evolve ? Can we observe a change in the expression of emotions ? Was the expression of intimate matters altered by the war ?

– Language and education. The very functioning of schools was severely affected during the years of war. So far, there has been little research on this fact by historians.  How did the school system adapt to the new regime imposed by war ? Was the teaching of the French language altered ? Can we speak of a gap in transmission ? Did the linguistic and cultural norms change during those years ?

 

The purpose of this conference is to show that, by examining such an event as the First World War from the specific viewpoint of language matters, we can reveal its entanglement with cultural, social and political issues. The conference would also like to be an opportunity for historians and linguists to bring together their questions and methodologies, and promote new approaches around a common and engaging object.

 

 

 

Papers proposals should be sent in electronic format word, rtf or pdf to colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr not later than June 30, 2013. Proposals must include the author’s name and his status, the title of the paper, a 350-word abstract. They will be examined by the members of the scientific committee.

 

Carnet de Praxiling

Le carnet serait plurithématique puisqu’il aurait pour objectif de présenter la recherche en cours du laboratoire Praxiling.
Praxiling est une équipe de recherche qui regroupe des doctorants, des chercheurs, des enseignants-chercheurs en sciences du Langage, en psychologie et cognition et en Infocom à l’Université de Montpellier 3.
Praxiling a pour objet d’étude la production de sens en discours, qu’elle met en relation avec ses modes de textualisation et le contexte de communication. Praxiling s’emploie à décrire et à modéliser :
– (i) certains aspects verbaux et non verbaux de la production de sens en discours dans les interactions sociales ;
– (ii) les processus de médiation soutenus par les technologies de l’information et les réseaux de communication dans l’apprentissage médié et les activités des entreprises multisites.