Dialogisme

Ce programme fait travailler la notion de dialogisme, que le cercle de Bakhtine a initialement conçue comme un phénomène tenant à l’orientation constitutive du discours vers d’autres discours, selon trois axes : interdiscursif, interlocutif, intralocutif.

Participants:  J. Bres, A. Nowakowska, J.-M. Sarale, S. Sarrazin, F. Pellegrini, A. Steuckardt

Objectifs

Dans le prolongement de nos travaux antérieurs, notre objectif est de questionner les rapports du dialogisme avec la langue, l’énonciation, la dialogalité, les types et genres du discours, l’emprunt lexical et l’interculturalité, ainsi qu’avec la médiativité.

Principaux résultats

– le dialogisme, initialement pensé comme un fait strictement discursif, n’affecte-t-il pas le niveau de la langue ? Distinction entre marqueurs et signaux dialogiques. Etude du fonctionnement des déterminants démonstratifs et possessifs ; des temps verbaux ; des marques de la causalité ; de certains tours syntaxiques thématisants.

– il est possible de développer une approche énonciative des faits dialogiques. L’approche dialogique confère à l’énoncé une triple dimension énonciative : interlocutive, interdiscursive, intralocutive ;

– l’articulation du dialogique et dialogal pose des problèmes de frontières (reprise, écho, inférence, prolongement), et invite à penser, sous la linéarité du discours, son épaisseur. Epaisseur double : dialogale, telle que la décrit l’analyse conversationnelle ; et dialogique, telle que l’approche bakhtinienne invite à l’analyser.

– la notion de dialogisme permet d’expliquer certains faits discursifs tenant au type de textualité (l’argumentation) et au genre du discours (l’éditorial, l’interview brève dans le discours médiatique).

Mai-juin 2013: réunions de travail: lecture de l’article de DuBois « Towards a dialogic syntax »; analyse d’un débat médiatique