Dialogisme

Ce programme fait travailler la notion de dialogisme, que le cercle de Bakhtine a initialement conçue comme un phénomène tenant à l’orientation constitutive du discours vers d’autres discours, selon trois axes : interdiscursif, interlocutif, intralocutif.

Participants:  J. Bres, A. Nowakowska, J.-M. Sarale, S. Sarrazin, F. Pellegrini, A. Steuckardt

Objectifs

Dans le prolongement de nos travaux antérieurs, notre objectif est de questionner les rapports du dialogisme avec la langue, l’énonciation, la dialogalité, les types et genres du discours, l’emprunt lexical et l’interculturalité, ainsi qu’avec la médiativité.

Principaux résultats

– le dialogisme, initialement pensé comme un fait strictement discursif, n’affecte-t-il pas le niveau de la langue ? Distinction entre marqueurs et signaux dialogiques. Etude du fonctionnement des déterminants démonstratifs et possessifs ; des temps verbaux ; des marques de la causalité ; de certains tours syntaxiques thématisants.

– il est possible de développer une approche énonciative des faits dialogiques. L’approche dialogique confère à l’énoncé une triple dimension énonciative : interlocutive, interdiscursive, intralocutive ;

– l’articulation du dialogique et dialogal pose des problèmes de frontières (reprise, écho, inférence, prolongement), et invite à penser, sous la linéarité du discours, son épaisseur. Epaisseur double : dialogale, telle que la décrit l’analyse conversationnelle ; et dialogique, telle que l’approche bakhtinienne invite à l’analyser.

– la notion de dialogisme permet d’expliquer certains faits discursifs tenant au type de textualité (l’argumentation) et au genre du discours (l’éditorial, l’interview brève dans le discours médiatique).

Mai-juin 2013: réunions de travail: lecture de l’article de DuBois « Towards a dialogic syntax »; analyse d’un débat médiatique

Grammaticalisation des formes itive et ventive dans les langues romanes

Le projet concerne un fait de grammaticalisation : de nombreuses langues du monde (Bybee, Perkins et Pagliuca 1994)  développent des tours périphrastiques à partir des formes itive (fr., aller) et ventive (fr., venir) (Hagège 1993) qui, de verbes « pleins » de mouvement, deviennent des auxiliaires (+ (prép.) V. infinitif ou participes) et entrent dans la production de différents effets de sens aspectuels, temporels et modaux.

Ce fait a donné matière à de nombreux travaux sur l’une ou l’autre forme, sur tel ou tel de leurs emplois en discours. Notre recherche se singularise par trois points : elle entend travailler contrastivement (i) sur la systématique de la grammaticalisation des deux formes itive et ventive ; (ii) sur l’ensemble de leurs emplois en discours (pour l’instant nous en avons identifiés 11) ; (iii) dans les différentes langues romanes (avec quelques aperçus sur les langues germaniques).

Projet commun à l’équipe Praxiling, UMR 5267-Montpellier III (Jacques Bres, Sophie Sarrazin , Yordanka Levie) et l’équipe Institute for the Study of Language and Society, Aston University, Birmingham (Emmanuelle Labeau, Ines Saddour, Qiaochao Zhang, Ghizlane Lafsi).

Premier bilan

Nos travaux actuels, qui n’ont porté pour l’heure que sur le français, nous ont permis :

–  de recueillir un corpus d’occurrences (3000), dans différents genres du discours, tant oraux qu’écrits, pour l’essentiel en français contemporain ;

–  d’établir la valeur en langue des formes itive et ventive en tant que verbes de mouvement.

–  d’établir la valeur en langue des formes itive et ventive en tant qu’auxiliaires :

–  d’expliciter les différentes structures syntaxiques périphrastiques à partir desquelles nous avons recensé, pour le seul français, 11 emplois repérables en discours, déjà suffisamment stabilisés pour accéder à leur conscientisation, à leur (éventuelle) mention dans les grammaires, et à leur description par les linguistes. Ces tours sont produits soit par aller, soit par venir, soit par les deux formes : ultérieur, narratif, illustratif, extraordinaire, antérieur immédiat, accidentel, extrême, explicatif, progressif, passif, modal.

–  de décrire certains de ces emplois : les tours narratif, illustratif, extraordinaire, antérieur immédiat

Projet

Sur les bases que nous avons développées, il s’agit :

–  de recueillir un corpus dans les différentes langues romanes (opération déjà initiée pour l’espagnol) ;

–  de compléter la liste des 11 emplois déjà recensés sur le français par des tours  produits dans les autres langues romanes ;

–  de compléter l’approche synchronique par une approche diachronique, au moins pour le français et l’espagnol ;

–  de poursuivre la description fine des différents emplois ;

– d’analyser contrastivement, pour chaque langue, les emplois de aller et ceux de venir ;

– d’établir la carte des différents effets de sens et des différentes formes qu’ils prennent  selon les langues