Réunion « Corpus 14 », mardi 17 décembre 2013, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

Notre prochaine réunion se tiendra le mardi 17 décembre, de 13h à 15h au Bâtiment Marc Bloch, salle 108. Nous entendrons deux communications l’une présentée par Sonia Branca, l’autre par moi-même.

Sonia Branca (Université Paris Sorbonne nouvelle)

« Je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes ». Quelques remarques sur les pratiques d’écriture des soldats de 14-18 et de leurs familles

Une récente collecte  a permis à l’équipe de L’Ecriture des poilus réunie autour d’Agnès Steuckardt de retrouver des correspondances de guerre de paysans peu scolarisés. Une première analyse de celles-ci permet d’évoquer trois caractéristiques de l’écriture de ces scripteurs situées à trois niveaux de composition

1-  Au niveau de la morphosyntaxe micro-propositionnelle : la proportion relativement modeste des écarts régionaux  et des traces de tours oraux

2- Au niveau « séquentiel » entre syntaxe de la proposition et discours : la présence de types d’énoncés qui forment des unités associées, bien qu’il n’y ait pas de marquage syntaxique stable On peut parler ainsi d’apo koinou (selon la terminologie de C. Blanche Benveniste) dans je repons a ta cartes dates du 15 la quelle ma fait plaisir de savoir que tu et enbonne santes deux structures viennent s’imbriquer (je réponds à ta carte laquelle m’a fait plaisir  / et  (ça m’a fait plaisir ) de savoir que tu es en bonne santé. Pour cette structure, le scripteur s’appuie des méta-ressources qui permettent de coupler une forme complexe pas vraiment figée, mais dont la structure abstraite relève d’un avant-dire disponible  et une fonction discursive, ici, l’unité que constitue le plaisir de la réception et le plaisir du contenu rassurant.

3- Au niveau textuel : le constat que l’on n’a plus affaire à des lettres réduites aux formules du « cadre » pratiquées par les peu-lettrés des guerres napoléoniennes. Les correspondances recueillies témoignent de l’aisance relative acquise des poilus et de leur famille  tout en respectant encore le cadre populaire de ce qu’est une lettre digne de ce nom.

 

Agnès Steuckardt (Université Paul-Valéry Montpellier 3, Praxiling)

Sans point ni virgule

Devant les lettres les peu-lettrés, une difficulté que rencontre le lecteur lettré du 21e siècle est le manque des étayages auquel l’écrit normé l’a habitué : l’orthographe et les signes de ponctuation. C’est le second manque qui va m’intéresser ici : l’absence, ou plus exactement la faible présence, des signes de ponctuation, et ses conséquences sur notre perception de la structuration discursive. De cette absence pour l’œil résulte l’impression première d’un discours sans pause, sans autre borne que l’espace de la carte, de la lettre à remplir. Qu’en est-il lorsqu’on entre plus avant dans la lecture de ces textes qui tenaient lieu de substitut à la conversation familiale, et qui pouvaient faire l’objet d’une lecture collective, comme l’atteste une des lettres du corpus : qu’ant le soir arrive (le soir Ernestou nous porte les letre et nous alons les prendre au soulié bas) que nous arivons du soulié bas que nous pouvons lire en famille une letre de toi chéri et de mon Frère tu peu croire mon bien Aimé que c’est un vrai bonheur pour ton épouse et pour tes chers parents (Marie, 03/02/1915) ? La rareté des points et des virgules n’empêche pas de suivre, particulièrement dans la lecture à voix haute, une progression structurée du discours. On y observe les corrections, si fréquentes à l’oral, comme ce retour de Pierre sur le choix du mot reçu : j’ai reçu le paquet reçu non je ne l’ai pas reçu mais je sais qu’il est a la poste le vagomestre a oublie de me le porter hier (Pierre, 01/04/1915). On y rencontre les mises en relief, elles aussi caractéristiques de l’oral, comme ce détachement insistant sur Ces malheureuses lettres, trop attendues : C’es malheureuse l’etre elles narrivait jamais (Marie, 03/10/1914). On y lit, surtout, le long mouvement d’une parole solitaire, à laquelle semblent manquer les réponses, les interruptions, les acquiescements de l’interlocuteur absent.

Réunion « Corpus 14 », mardi 26 novembre 2013, bâtiment Marc Bloch, 13h-15h

Les deux communications, présentées par Stéphanie Fonvielle (Aix-Marseille Université-ESPE, CNE – UMR 8562) et Corinne Gomila (Université Montpellier 2-FDE, LIRDEF (EA 3749)), seront consacrées à l’étude de l’écriture épistolaire, durant la première guerre mondiale, de deux hommes et d’une femme, tous trois peu lettrés, appartenant à une même famille de cultivateurs de l’Hérault : Ernest Viste, son beau-frère Pierre Fabre, et sa femme Marie Fabre.

L’écriture épistolaire d’une femme peu lettrée durant la première guerre mondiale

Nous verrons dans cette première communication comment les lettres d’une épouse de soldat, Marie Fabre, manifestent une écriture fortement oralisée, alternent différents types de discours, entre litanie et narration, et révèlent une figure de la femme à l’aune de thématiques fortement représentées comme la famille, la religion ou la vie rurale.  Notre analyse pose en filigrane la question suivante : peut-on conclure à l’existence d’une écriture féminine définie comme écriture de l’intime, de l’attente et de la confession ?

 

Paroles de poilus : une caresse sous la mitraille

Nous verrons dans cette seconde communication comment les lettres de deux soldats, Ernest Viste et Pierre Fabre, révèlent une écriture de paroles, une écriture de « vives voix » portée notamment par la diversité des discours rapportés, montrent l’enjeu vital de la circulation des nouvelles, s’attachant à ne jamais rompre le contact avec les proches, et créent l’illusion d’un dialogue privé. L’analyse pose en filigrane la question suivante : comment les paroles écrites de ces poilus réduisent la distance qu’impose le genre de la correspondance ?

Réunion « Corpus 14 », mardi 22 octobre 2013, bâtiment Marc Bloch, 13h-15h

Notre prochaine réunion, mardi 22 octobre, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, salle 108, sera consacrée aux exposés de Simon Mercier et Chantal Wionet, dont vous trouverez ci-dessous les présentations.

 

Simon Mercier (Université Paul-Valéry Montpellier 3) : « Des peu lettrés dans la grande Histoire : parcours »

Le monde des poilus dans la Grande Guerre se partage entre la réalité des tranchées et l’échappatoire de la correspondance avec leurs proches. Leurs lettres rendent compte de leurs préoccupations, leurs colères, leurs joies, leurs espoirs et leurs peurs, mais aussi maintiennent un lien avec leur vie d’avant. Dans une approche diachronique, nous analysons l’évolution de la correspondance de nos scripteurs au fil des mois et des saisons. Au travers de leur regard sur les évènements du quotidien et de la guerre, nous découvrons une perspective inédite sur la place de ces soldats dans l’Histoire, mais aussi du rôle de la correspondance, en constante transformation.

 

Chantal Wionet (Université d’Avignon) : « Pour me lever de languir ». Styles de l’écrit intime

Reconstruire une intimité, demander du respect alors qu’à la guerre « on n’a point de choix » sont sans doute les premières raisons d’une correspondance si dense et si suivie. Alors pour passer un peu plus de temps sur un papier qui sera le témoin et le représentant de soi, et parce que le quotidien n’a pas toujours à se raconter, les soldats, comme dans beaucoup de correspondances privées, parlent du temps qu’il fait, de la nourriture attendue ou mangée, des vêtements, et des colis reçus ou non. Tout cela fait partie des attendus d’une lettre privée, permettant de resituer dans un trajet connu tous les échanges, les liens étant tout autant ceux de la lettre que ce que l’on peut se dire au sujet des lettres, comme des manières d’annuler la séparation. Ce n’est donc pas ces éléments-là qui singularisent ces lettres, mais plutôt ceux qui échappent à ces cadres communs. En effet, alors qu’il est toujours possible de rechercher dans ces textes la valeur donnée aux conventions d’écriture ? les formules d’ouverture et de fermeture des textes, les thèmes obligés ? je souhaite m’intéresser davantage aux petits éléments qui nous plongent aujourd’hui dans l’empathie, ces petites formes qui se signalent au-delà d’une certaine idée scolaire de l’esthétique de la lettre : celles qui montrent que chacun a absorbé assez de français pour s’inscrire singulièrement dans la langue de manière à, chacun à sa façon, annuler autant que faire se peut la tragédie de l’absence. Dans le cadre forcément restreint d’une présentation générale, j’évoquerai essentiellement deux soldats, Laurent Pouchet et Alfred Foray, à travers quelques-unes de leurs particularités stylistiques. Qu’il s’agisse de Laurent ou d’Alfred, je souhaite me dégager d’une certaine vue qui consisterait à lire les lettres à l’aune de la norme scolaire et littéraire, et défendre une lecture immédiate : les lettres de ceux que l’on a coutume depuis Sonia Branca d’appeler les peu-lettrés sont souvent envisagées selon des points de vue parfois contradictoires et concomitants, dans une attitude de défense (des peu-lettrés) et d’évaluation : je ne souhaite ni défendre ni évaluer à l’aune d’une axiologie ou en la contestant, mais étudier pleinement ces lettres comme des textes, émanant d’auteurs qui vivent l’absence et la mort, et qui montrent ici un peu de leur rapport au monde.

Réunion « Corpus 14 », mardi 24 septembre 2013, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

 

  • Label :  le projet « Corpus 14 » a obtenu en juillet le label « Centenaire ».

Extrait du courrier de la Mission Centenaire :

« J’ai le plaisir de vous annoncer que le comité de labellisation de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, après avis de son conseil scientifique, a décidé d’attribuer le label Centenaire à votre projet.

J’attire votre attention sur le fait que le label devra désormais figurer sur l’ensemble des supports de communication du projet en respectant la charte graphique correspondante. Ces éléments vous seront communiqués ultérieurement.

Votre projet fait désormais partie du programme officiel du Centenaire qui sera publiquement dévoilé par le Président de la République, lors d’une conférence de lancement du cycle du Centenaire de la Grande Guerre, quelques jours avant le 11 novembre 2013. »

  • Présentation :

Giancarlo Luxardo (Université Montpellier 3), « Les correspondances des Poilus peu lettrés. Approche textométrique »

 

  • Calendrier prévisionnel des prochaines séances :

22 octobre 2013 :      Simon Mercier (Université Montpellier 3) « Des peu lettrés dans la grande Histoire : parcours »

Chantal Wionet (Université d’Avignon) « « Pour me lever de languir ». Styles de l’écrit intime »

 

26 novembre 2013 :  Corinne Gomila (Université Montpellier 2) et Stéphanie Fonvielle (Aix-Marseille Université)

                                       « Discours rapportés : une caresse sous la mitraille »

                                       « Lettres aux Poilus : l’écriture des femmes »

 

17 décembre 2013 :   Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3) « Sans point ni virgule »

Sonia Branca (Université Sorbonne nouvelle) « Je vous écris du front : français élémentaire/langue lettrée »

 

24 janvier 2014 :     Florence Pellegrini (Université de Bordeaux) « Entre écrit et oral, logiques épistolaires »

Christel Le Bellec (Université Montpellier 3) « La syntaxe des tranchées »

Nicolas Bianchi (ENS Lyon) « Mots du peuple et pratique de l’écrit »

 

18 février 2014 :      Nathalie Auger (Université Montpellier 3) « « tous pret des Boches » »

Jean-Michel Gea (Université de Corte) « Traces de dialectes ? »

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) « Les Poilus et l’orthographe »

Le français écrit des Poilus peu lettrés (1914-1918)

Carte postaleTout au long du XIXe siècle, la mise en place d’une institution scolaire nationale a déterminé un développement de l’usage écrit de la langue française dans des classes sociales qui, jusqu’alors, y avaient peu accès. Les lois Ferry de 1881-1882, qui rendent l’école primaire gratuite et obligatoire, donnent un cadre législatif au système éducatif de la IIIe République. Une trentaine d’années plus tard, la  Première Guerre mondiale amène les soldats enrôlés à utiliser massivement le français écrit, principalement pour rester en relation avec leur famille. La correspondance de ces soldats constitue un témoignage archivistique précieux, exploité jusqu’ici par la recherche historique, mais beaucoup moins par la recherche linguistique.

Si les usages écrits de la norme haute du français sont bien connus et décrits, rares sont les travaux qui portent sur les usages des « peu lettrés », faute d’archives. Une partie des écrits des Poilus permet d’envisager une description systématique du français écrit peu lettré au début du XXe siècle. Au-delà de la question controversée d’un « parler poilu », l’objectif visé est de connaître l’usage réel, chez des citoyens alphabétisés mais peu lettrés, de langue française écrite, dans ses différents aspects : orthographiques, syntaxiques, lexicaux, stylistiques, pragmatiques.

Les résultats attendus se situent à plusieurs niveaux :

  • en histoire de la didactique, les descriptions obtenues pourront être exploitées par dans le but de mesurer l’efficience des structures éducatives instituées par la IIIe République
  • en histoire contemporaine, elles permettront d’accéder à une meilleure connaissance de la culture populaire au début du XXe siècle
  • en histoire de la langue française, il s’agira de combler un déficit de connaissance des usages écrits peu lettrés

en linguistique, l’écrit peu lettré est, plus généralement, un moyen de repérer des points névralgiques de la langue, d’analyser les résolutions à l’œuvre chez les scripteurs, de comprendre les tensions entre la norme et l’usage.

 

Exemple de transcription

image 2

Le 28 Octobre 1914

Cher belle soeur cher neveu
et cher Alband

Je répons de suite a vaux lettre qui
mon fait plaisir en na prenand que vous
étte tous en bonne santée car il la n’est
de méme pour moi ; Aprésent je vous
remerçi beaucoup du petit mandat
que vous mavez en voyer et en méme temp
j’ai reçu des nouvelles de la maison avec un
petit drapeau comme nous dison nous
autre ; cela fait que le méme jour j’ai reçu
9 lettres 2 vautre est une de la maison ; de
Sussargues voila déjà qu’élques jour que je nai
rien reçu mai je pense qua la prochaine
distribution jaurer des nouvelles car étand dans
les tranchée onna pas la coréspondance régulière
car on est relever chaque 48 heures ; au sujet
du tabac qu’Alband medi sur sa lettre ou
nous somme il ly a na poins ét quand a celui
que lon a droit parfoi il la du retard a laur

 

image

cela fait qu’il nous enf aut passer on est rester
qu’elque temp qu’il fallet sortir le fond des poches
pour pouvoir fumer ; je ne voi pas autre
chose a vous dire pour le moement ; joublié
de vous donner des nouvelles de Louis ébien
nous somme dans la méme compagnie et dan
la méme escouade. a coté lun deux lautre en
fin on marche ensemble ; Bien le bonjour
au voisins Reçoi chére belle soeur
les plus grande amitiées bien des
carresses à François, et les plus grandes
Amitiers aussi a Alband inci qua
ses Parents malgrées que je n’est
pas l’honneur de leur connaissance
Ton Beau frer pour la vie
Laurent Pouchet

Portail Corpus 14

Le Corpus 14 est maintenant consultable sur le Web. Il inclut à ce jour 567 lettres et cartes de 5 poilus, pour un total de 122 000 mots.

Le logiciel de textométrie TXM, utilisé pour accéder au corpus, permet notamment de :

  • partitionner le corpus suivant des métadonnées,
  • fournir un étiquetage morpho-syntaxique avec TreeTagger,
  • faire des calculs de fréquences sur mots, lemmes ou étiquettes,
  • créer des concordances,
  • réaliser calculs de spécificités et analyses factorielles des correspondances.

Ci- dessous deux copies d’écran. Vous pouvez me contacter pour les détails d’accès au corpus.
Screen Shot 2013-07-18 at 11.48.38

Screen Shot 2013-07-18 at 11.59.05

Corpus 14, réunion du 2 juillet (Pierres vives)

  • Réunion du 2 juillet 2013, 13h-15h, Pierres vives, Montpellier

L’équipe « Corpus 14 » sera reçue à Pierres Vives par Annie Denizart, Directrice adjointe des Archives départementales de l’Hérault.

Objet de la réunion : modalités du partenariat entre l’Université et les Archives départementales (exploitation et valorisation des documents).

La réunion de travail sera suivie d’une visite pour découvrir la « face cachée » des Archives.

  • Calendrier prévisionnel 2013/2014

24 septembre : Giancarlo Luxardo (Université Montpellier 3)

22 octobre : Chantal Wionet (Université d’Avignon)

26 novembre : Corinne Gomila (Université Montpellier 2) et Stéphanie Fontvieille (Aix-Marseille Université)

17 décembre : Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3)

21 janvier : Florence Pellegrini (Université de Bordeaux) ; Christel Le Bellec (Université Montpellier 3)

18 février : Nathalie Auger (Université Montpellier 3). Olivia Guérin (Aix-Marseille Université)

La guerre de 14 et la langue. Colloque co-organisé par Praxiling

Appel à communications

 

 

« La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées »

 

Lieu : Université Paris-Sorbonne et Centre d’histoire de Sciences Po

Date prévisionnelle : 12-13 juin 2014

Voir aussi : http://www.stih.paris-sorbonne.fr/coll1914/

 

Comité d’organisation :

Odile Roynette (université de Franche-Comté et Centre d’histoire de Sciences Po)

Gilles Siouffi (université Paris-Sorbonne)

Stéphanie Smadja (université Paris 7)

Agnès Steuckardt (université Paul-Valéry Montpellier 3)

 

Comité scientifique :

Stéphane Audoin-Rouzeau (directeur d’études à l’EHESS)

Hélène Baty-Delalande (maîtresse de conférences en littérature, université de Paris 7)

Annette Becker (professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense  / IUF)

Gabriel Bergougnoux (professeur de linguistique à l’université d’Orléans)

Sonia Branca-Rosoff (professeur émérite en linguistique à l’université de Paris 3)

Bruno Cabanes (associate professor en histoire contemporaine à Yale University)

Jean-François Chanet (professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris Sciences Po Paris)

Jean-Claude Chevalier (professeur émérite, université de Paris 8)

Jacques Dürrenmatt (professeur en Langue française, unievrsité Paris-Sorbonne)

Jacques Guilhaumou (directeur de recherche émérite, CNRS, section 34)

John Horne (professeur d’histoire contemporaine à Trinity College Dublin)

Jean-Marie Klinkenberg (professeur émérite en sémiologie et rhétorique à l’université de Liège, président du Conseil Supérieur de la Langue Française de Belgique)

Peter Koch (professeur, Romanisches Seminar, université de Tübingen)

R. Anthony Lodge (professeur émérite en Langue Française, University of St Andrews)

Marie-Anne Paveau (professeure en analyse du discours, université Paris 13)

Gilles Philippe (professeur de linguistique, université de Lausanne)

Christophe Prochasson (directeur d’études à l’EHES)

Frédéric Rousseau (professeur en Histoire contemporaine, université Paul-Valéry Montpellier 3)

Odile Roynette (maîtresse de conférences habilitée en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté et chercheure associée au Centre d’histoire de Sciences Po)

Jean-François Sablayrolles (professeur de lexicologie, université Paris 13)

André Thibault (professeur en Langue française, université Paris-Sorbonne)

Carine Trevisan (professeure en littérature du XXe siècle, Paris 7)

Jay Winter (professeur d’histoire contemporaine à Yale University)

 

Argument :

Dans le panorama des manifestations prévues autour de la Grande Guerre en 2014, une place est légitime pour un colloque réunissant historiens, linguistes et spécialistes de la littérature autour du devenir de la langue française, des parlers et des langues européennes impliquées, pendant la période du conflit. Deux raisons à cela. D’une part le rôle démarcatif que l’on attribue souvent à cet événement historique dans les histoires de la langue française (voir ANTOINE, G., dir., Histoire de la langue française des origines à nos jours (1914-1945), Paris, CNRS, 1995 par exemple), ce qui pose la question des coïncidences de périodisation entre l’histoire de la langue et l’histoire de la guerre. D’autre part la relative désaffection dont a fait l’objet chez les linguistes, depuis une date déjà ancienne, l’histoire du français des XIXe  et XXe siècles, français jugé trop proche de nous pour qu’un regard historique paraisse nécessaire.

Surtout, la Première Guerre Mondiale s’offre comme un laboratoire potentiel passionnant et en grande partie inexploré pour quelques-unes des questions fondamentales que se pose la linguistique aujourd’hui, en particulier depuis l’émergence de la sociolinguistique, et de la mise au premier plan de la question des usages.

Autant de raisons pour réexaminer à nouveaux frais l’« événement de langage » que fut aussi cette période de drames et d’intense reconfiguration des relations interpersonnelles.

À la différence de certains événements ayant eu lieu dans un passé plus reculé, la Première Guerre mondiale a ceci de particulier qu’elle nous a laissé un matériau très abondant, essentiellement écrit, mais aussi oral, matériau qui a déjà fait l’objet de soins patrimoniaux et d’études, et qui va, à l’occasion du chantier mis en œuvre pour le centenaire, être exploré de façon beaucoup plus systématique, notamment par le biais de la numérisation. Ainsi, ce sont de véritables corpus qui vont devenir exploitables pour les linguistes.

Jusqu’à présent, l’accent a été mis sur les témoignages littéraires, et sur la question de l’« argot » des tranchées en France comme dans les principaux pays belligérants pour lesquels les sources (dictionnaires, lexiques, enquêtes etc…) sont abondantes mais ne sont pas forcément toutes explorées, notamment dans les pays étrangers. Pour autant, l’éventail des questions linguistiques relatives à la guerre est beaucoup plus vaste.

 

Le colloque se propose d’ouvrir le champ, et d’examiner notamment les thèmes suivants :

 

– la question de la périodisation. La Première Guerre mondiale est-elle le moment qui sépare le français du XIXe siècle du français du XXe siècle, et si oui, pourquoi ? Sur quels éléments se fonde-t-on ?

– la question des parlers. La Première Guerre mondiale est parfois considérée comme le moment décisif du recul des patois en France, les soldats envoyés au front étant souvent amenés à renoncer à leurs parlers maternels pour passer au français. Qu’en est-il exactement ? Y a-t-il eu, comme ce fut le cas dans l’armée française avant 1914, pratique du bilinguisme, un bilinguisme qui avait facilité, pour les soldats qui employaient un dialecte ou un patois dans leur vie quotidienne, leur acculturation au monde militaire et à ses contraintes, formulées en français et, par conséquent, leur acceptation du service militaire en temps de paix ? Plus globalement, la Première Guerre mondiale joue-t-elle un rôle important dans la diffusion d’une langue nationale perçue ou vécue comme un facteur d’unité et de cohésion ?

– la question de l’argot et plus largement de la néologie. Elle est celle qui a le plus motivé, dès la guerre elle-même, de littérature documentaire, souvent à visée pittoresque. Y a-t-il eu un « parler poilu » ? Quels sont les faits, au-delà des représentations et des stéréotypes ? Quelles sont les sources qui permettent d’y accéder (dictionnaires, lexiques, articles de journaux, mais aussi chants) ? Il faut s’interroger, en particulier, sur les modes de dissémination d’un vocabulaire né au sein du monde militaire et qui entre pendant ce conflit dans les usages civils jusqu’à un certain point. Quels regards sont portés de part et d’autre (du côté civil comme du côté combattant) sur ces appropriations ? Comment peut-on les mieux connaître ?

– la question du contact des langues (apprentissage accéléré de langues étrangères, idiomes véhiculaires, traductions, interprétariat…). Il faut s’interroger sur les rapprochements entre les différentes langues employées sur les fronts, sur les interactions entre ces langues pendant le conflit et mieux connaître, à cet égard, le rôle des interprètes militaires, leur origine, leur formation, leur production scientifique, quand elle a existé pendant et après les hostilités. On pourra également s’interroger sur les contextes de traduction, par exemple celui propre aux conférences interalliées. La question de l’impact linguistique du (des) nationalisme(s) doit également être abordée.

– la question des parlers spécialisés, notamment militaires, plus largement techniques et de leur adaptation aux réalités de la guerre moderne seront également au cœur de nos interrogations. Dans quelle mesure le vocabulaire technique, dont une partie appartenait au domaine argotique, a-t-il traduit les modalités nouvelles de l’expérience de guerre et les réactions (adhésions, résignations, résistances) que ces dernières pouvaient soulever chez les combattants ? Plus largement, on peut ici élargir la réflexion au rôle de la guerre sur le développement des sciences liées à la guerre (psychiatrie de guerre, art vétérinaire etc…)

– les questions relatives à l’écrit. Pendant la guerre, de nombreuses personnes (soldats et familles) ont été amenées à écrire le français, sinon pour la première fois, au moins pour la première fois de façon aussi extensive. Qu’en est-il de ce nouvel écrit d’un point de vue linguistique ? Observe-t-on des évolutions dans la littératie ? Observe-t-on des évolutions dans l’expression des émotions ? La guerre modifie-t-elle l’expression de l’intime, voire la notion d’intime elle-même ?

– les questions d’éducation. La scolarisation a été perturbée pendant les années de guerre et les historiens de l’éducation se sont relativement peu intéressés à ces questions jusqu’à présent. Comment l’école s’est-elle adaptée aux réalités surgies de la guerre ? Son enseignement, celui de la langue nationale notamment, a-t-il subi de sensibles modifications ? Tout cela a-t-il eu un impact sur la transmission de la langue, sur les pratiques, les normes ?

 

Au total, au travers de l’analyse linguistique de l’événement que constitue la Guerre de 14-18, le colloque a pour but de montrer que l’étude attentive des questions de langage est à même d’avoir des implications sur l’ensemble des questions historiques et culturelles relatives à cet événement, et d’en renouveler l’approche. Cette rencontre, qui voudrait viser un public large, entend aussi par ce biais stimuler les rencontres entre historiens et linguistes autour de nouveaux objets.

Les propositions de communications sont à adresser par e-mail (document attaché de préférence en format word, rtf ou pdf) à l’adresse suivante : colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr avant le 30 juin 2013.

Les propositions comprendront un titre, les noms et qualités de leurs auteurs ainsi qu’un résumé de 1000 signes maximum. Elles seront évaluées par le comité scientifique.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

 

 

Call for papers

 

Language during the First World War. Interdisciplinary perspectives.

Paris on June 12-13, 2014

 

In the context of the upcoming commemorations of the First World War in 2014, the purpose of this conference is to bring together the research by linguists, historians and specialists of literature around what happened to the French language – and to other languages – during the conflict. For some, the First World War is a turning point in the history of the French Language. This standpoint raises the question of the coincidence between language change and historical change, and of the possible use of periodization. Furthermore, the history of the French Language during the 19th and 20th century has not been much explored recently, as these times may appear too near to us for the diachronic approach to be deemed necessary.

As a matter of fact, the First World War seems to have fascinating potential for sociolinguistic enquiries, as some of its language material still remains unexploited, and may reveal a fruitful case study for some of today’s most important issues in the linguistic field – the question of variation and language use, for example.

Indeed, while the quantity of written material that remains from some more ancient periods can prove scarce and frustrating, this is not the case with the First World War. An enormous quantity of sources is available – some of them even oral sources -, constituting a rich heritage, and there is no doubt that during this period of commemorations, some of them will be more systematically explored. Through digitization, new corpora will be made available for researchers.

While existing studies mostly put a stress on literary testimonies or the use of argot on the front lines, the purpose of this conference is to open up the range of possible linguistic issues and raise a number of questions that have not been so far dwelt upon in much detail.

Proposals on the following aspects will be particularly considered :

– The First World War as a landmark. Is the First World War a real turning point for the French language ? On what grounds is this thesis defended ?

– The use of dialects. Is the First World War the moment when, as soldiers sent to the front had to adopt French as a vehicular language, the use of dialects began a phase of serious decline ? Were the soldiers bilingual in their every-day life ? Did the First World War play a role in the perception of French as a « national language », attached to military values, to the ideas of unity and cohesion of the nation ?

– The use of argot and neologism. Was there such a thing as a « parler poilu » ? Behind all the picturesque aspects developed by a significant literature, often published during the war itself, and tending to promote clichés and stereotypes, what are the facts ? What kind of sources can be used : dictionaries, newspapers, songs… ? To what extent did the new ways of speaking spread into the civil society after appearing on the front ? How were these new forms of speech regarded ? What were the private and general attitudes towards them ?

– Language contact. During the war, the practice of learning a foreign language, of translating, of interpreting, was significantly increased. Who were the interpreters ? What was their education, their capability, their experience ? How did the different languages involved interact with each other ? How did the joint staffs work ? In which contexts did translations take place ? Did nationalist ideas and ideologies play a role ?

– The use of writing. During the war, a number of individuals (soldiers and their families) had to write in French, perhaps for the first time ever, but certainly for the first time on that scale. Is there a linguistic specificity to those written productions ? Did the level of literacy evolve ? Can we observe a change in the expression of emotions ? Was the expression of intimate matters altered by the war ?

– Language and education. The very functioning of schools was severely affected during the years of war. So far, there has been little research on this fact by historians.  How did the school system adapt to the new regime imposed by war ? Was the teaching of the French language altered ? Can we speak of a gap in transmission ? Did the linguistic and cultural norms change during those years ?

 

The purpose of this conference is to show that, by examining such an event as the First World War from the specific viewpoint of language matters, we can reveal its entanglement with cultural, social and political issues. The conference would also like to be an opportunity for historians and linguists to bring together their questions and methodologies, and promote new approaches around a common and engaging object.

 

 

 

Papers proposals should be sent in electronic format word, rtf or pdf to colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr not later than June 30, 2013. Proposals must include the author’s name and his status, the title of the paper, a 350-word abstract. They will be examined by the members of the scientific committee.

 

Corpus 14, réunion du 21 mai

Réunion du 21 mai, 13h-15h, université Paul-Valéry Montpellier 3, bâtiment Marc Bloch, salle 108

  • Point sur les actions en cours

Obtention d’un financement  par le Consortium « Corpus écrits » (vacations)

Dépôt d’une demande de labellisation « Centenaire 14 », au niveau départemental (Présentation du projet à la Préfecture de l’Hérault, le 22 mai)

Propositions d’action à initier

  • Préparation du séminaire 2013/2014

Listage et répartition des différents angles d’attaque (préparation d’un ouvrage)

  • Valorisation 2014

Listage et répartition de colloques pertinents pour présentation des travaux de l’équipe « Corpus 14 »

Quelques liens :

http://www.sidf.group.cam.ac.uk/colloque_cambridge.html (date limite d’envoi des propositions 31 mai 2013)

http://www.sidf.group.cam.ac.uk/pdfs/Repenser_hist_fr_1.pdf (date limite d’envoi des propositions : 30 septembre 2013)

http://www.crid1418.org/agenda/?p=585 (date limite d’envoi des propositions : 31 octobre 2013)

http://www.ilf.cnrs.fr/spip.php?article223 (date limite d’envoi des articles : 30 novembre 2013)

Corpus 14, réunion du 26 mars

Réunion du 26 mars 2013, 12h45-14h45, Université Paul-Valéry Montpellier III, bâtiment Marc Bloch, 108.

 

Ordre du jour

  • Point sur les documents transcrits (Florence Pellegrini et Simon Mercier, Stéphanie Fontvielle et Corinne Gomila)
  • Discussion sur les grilles de description du « français avancé » (Nathalie Auger, Christel Le Bellec, Stéphanie Fontvielle, Corinne Gomila, Chantal Wionet)
  • Présentation de nouveaux documents et perspectives d’analyse (Jean-Michel Gea)
  • Présentation des solutions informatiques adoptées (Giancarlo Luxardo, Simon Mercier)
  • Point sur la diffusion du projet aux journées « Initiative Corpus de Référence » (Paris, 28-29 mars) (Agnès Steuckardt). Autres projets de diffusion.