Corpus 14, printemps 2015

Corpus 14, printemps 2015

 

  • 10-mars-30 avril 2015 : « L’écriture des Poilus ordinaires », Faculté d’Education de Nîmes, 62 rue Vincent Faïta, Nîmes, du lundi au vendredi, 8h-18h30.

Le vernissage aura lieu le 24 mars, à 12h15 (présence à confirmer à l’adresse suivante : annie.couradin@fde.univ-montp2.fr)

 

  • 26 mars 2015, 18h15 : Conférence « L’écriture des Poilus ordinaires. Etude de correspondances », Sonia Branca-Rosoff, Chantal Wionet, Archives départementales de l’Ardèche, Privas

 

  • 31 mars 2015, 14h : Conférence de Frédéric Rousseau « Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre ? », Université Paul-Valéry, Site Saint-Charles, salle 001, Rue du Professeur
    Henri Serre (station Albert 1er), Montpellier

 

Présentation de la conférence de Frédéric Rousseau :

« Suffit-il d’être patriote pour partir à la guerre ? », Montpellier, 31 mars 2015

 

Mon intervention s’inscrit dans une controverse historiographique dont les enjeux dépassent très largement la seule interprétation de la Grande Guerre : elle pose notamment une question qui anime en réalité toutes les sciences sociales dès lors qu’elles cherchent à éclairer les comportements individuels et collectifs : pourquoi les acteurs sociaux font-ils ce qu’ils font ? Et inversement, pourquoi ne font-ils pas ce qu’ils ne font pas ?

Que peuvent dire à ce propos les chercheurs en sciences sociales et les historiens ? Et de quelle documentation, de quels outils conceptuels disposent-ils pour approcher et décrire au plus près la réalité sociale ?

Personne ne doute de l’attachement que les hommes et les femmes de cette époque portaient à leur patrie. Mais pour autant, peut-on déduire les croyances et les motivations des individus de l’observation de leurs comportements collectifs ? Peut-on déduire le patriotisme des hommes mobilisés de l’observation du succès (indéniable) des mobilisations ? Au-delà, peut-on déduire le patriotisme des poilus de leur longue patience-obéissance (indéniable elle aussi) à supporter les horreurs de la guerre ? D’autres facteurs que le sentiment patriotique ne jouent-ils pas un rôle plus actif encore ?

J’essaierai de montrer que les historiens disposent d’un ample corpus de témoignages, de gens importants et de gens ordinaires. Ce type de traces permet tout à fait, sous certaines conditions, d’envisager ces questionnements majeurs pour comprendre le fonctionnement de nos sociétés.

 

Présentation : Frédéric Rousseau est Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Paul Valéry de Montpellier, chercheur rattaché au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales de Montpellier (CRISES) et membre du CRID 14-18 (www.crid1418.org); ses recherches portent sur les sociétés en guerre, les questions mémorielles, l’écriture de l’histoire, les usages du témoignage et de la photographie. Il est depuis septembre 2014 directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

Dernières publications : L’enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie, Seuil, 2009 ; La guerre censurée. Une histoire des combattants, Seuil, 2014 (3e édition avec une postface inédite : « Révisions ») ; La Grande guerre des sciences sociales (dir.), Athena, 2014.

 

Retrouvez Corpus 14 sur son site : http://www.univ-montp3.fr/corpus14/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *