Journée d’étude, 23 février 2015. « Écrits peu-lettrés. Analyses linguistiques »

« Écrits peu-lettrés. Analyses linguistiques »

Journée d’étude

Lundi 23 février 2015,  bâtiment Marc Bloch, Université Paul-Valéry Montpellier

9h-12h, bâtiment Marc Bloch, salle 108

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg) : « La diversité graphique des lettres de poilus »

Lena Sowada et Sybille Grosse (Université de Heidelberg) : « Les correspondances des départements frontaliers »

Corinne Gomila (Université de Montpellier) : « Le discours rapporté dans Corpus 14 »

Joachim Steffen (Université de Kiel) : « Les lettres de Poilus et de leurs prédécesseurs : le discours épistolaire des soldats peu-lettrés dans une perspective diachronique »

14h-16h, bâtiment Marc Bloch, salle Jourda

France Martineau (Université d’Ottawa) : « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française » (voir aussi : http://www.praxiling.fr/activites-scientifiques-et-seminaires-praxiling-2014-2115.html)

 

Résumé des présentations

Jean-Christophe Pellat (Université de Strasbourg – LiLPa) : « Corpus 14. La diversité graphique des lettres de Poilus »

Il s’agit d’affiner la description globale déjà faite (Pellat, 2014) pour examiner la diversité des graphies individuelles de nos dix scripteurs, à deux niveaux :

  • décrire les choix graphiques individuels effectués pour traiter, chacun à sa façon, les difficultés de l’orthographe française
  • essayer de dégager des stratégies graphiques mises en œuvre par les dix

Hypothèses de départ :

  1. La variation graphique n’est pas historique (les graphies des 10 scripteurs sont stables dans la durée), mais son ampleur est différente en fonction du
  2. On peut distinguer des zones de stabilité (routines graphiques bien installées) et des zones de variation.
  3. Les choix graphiques de nos dix scripteurs donnent des profils généraux d’usagers qui font face aux difficultés de l’orthographe française, quelle que soit l’époque.

Plan

1. La diversité des choix graphiques

  • Ceux de Baillargues
  • Ceux du Soulié
  • Ceux du nord

2. Des stratégies graphiques face à la complexité de l’orthographe française

3. Des profils de scripteurs

 

Corinne Gomila (Université de Montpellier) : « Tu me dis, je t’ai dit et je te dis : repérage dans le corpus 14 de quelques formes de représentation du discours autre »

Après un recensement des différents types de discours rapporté construits avec le verbe dire, l’exposé s’attardera sur une forme typique du corpus, la « reprise diaphonique » tu me dis que P et son pendant « autophonique » je t’ai dit que P, avant d’explorer une zone de frontière entre discours rapporté et modalisation où la forme je te dis que P tient le premier rang.

 

Joachim Steffen (Université de Kiel) : « Les lettres de Poilus et de leurs prédécesseurs : le discours épistolaire des soldats peu-lettrés dans une perspective diachronique »

Le XIXe siècle est considéré communément comme l’époque à laquelle toutes les couches sociales en France ont fait la transition d’une culture orale à une culture scripturale. Avant ce passage collectif, il existait en France une bipartition entre une majorité illettrée et une minorité lettrée. Mais « l’entrée dans l’écrit » (Chartier) n’était pas un événement soudain ou l’expérience singulière d’une génération particulière, mais un processus graduel de rapprochement avec le monde des lettres et des textes, qui avait déjà commencé vers la fin du XVIIIe siècle, comme en témoignent de nouvelles sources manuscrites. La communication analysera – sur la base d’une sélection de textes du Corpus Historique du Substandard Français (CHSF) – les usages linguistiques des soldats depuis la Révolution jusqu’à la Première Guerre Mondiale, en mettant l’accent sur les rituels épistolaires (structure globale du texte, formules d’ouverture et de fermeture des lettres, signaux de changement de sujet, etc.) et sur l’évolution vers des structures progressivement plus libres et des usages de plus en plus créatifs du langage.

 

France Martineau (Université d’Ottawa, Laboratoire Polyphonies du français, Chaire Frontières, réseaux et contacts en Amérique française) : « Les voix de papier : écrits de peu-lettrés en Amérique française »
Les écrits ordinaires, correspondance et journaux personnels, permettent de jeter un éclairage sur la langue, à travers les traces d’oralité qui percent l’écrit. Ils ouvrent également une fenêtre sur les pratiques linguistiques et les réseaux et alliances qui se tissent entre locuteurs d’une même communauté, notamment en contexte de bilinguisme.

Après une brève description du Corpus de français familier ancien (Martineau, Université d’Ottawa) constitué d’écrits de scripteurs de France et d’Amérique française, du 17e siècle jusqu’au début du 20e siècle, nous nous attarderons aux écrits de deux familles de condition modeste, écrivant aux 18e et 19e siècles au Canada français. Nous discuterons des stratégies d’écriture des peu-lettrés et de ce que peut révéler l’écrit sur les usages de l’époque, à un moment où le Canada français est isolé de la France, suite à la Conquête britannique, et où le contact avec l’anglais s’accroît. Nous montrerons également comment certaines pratiques linguistiques s’éclairent quand on examine les réseaux et le capital symbolique que représente la langue pour les locuteurs.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *