Réunion « Corpus 14 », 20 mai 2014, 13h-15h, salle Jourda (13h-14h) et Bibliothèque Universitaire (14h-15h)

La prochaine réunion « Corpus 14 » se tiendra le mardi 20 mai, de 13h à 14h, salle Jourda et de 14h à 15h à la Bibliothèque Inter-Universitaire.

Nous entendrons  d’abord la conférence de Jean-Michel Géa, qu’il n’avait pu présenter le 18 février (ci-dessous, rappel de la présentation). Nous préparerons ensuite l’intervention de l’équipe au colloque « La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées », dont le programme peut être consulté sur :

http://www.praxiling.fr/colloque-la-premiere-guerre-mondiale-et-la-langue-approches-croisees,328.html

http://pgm2014.sciencesconf.org/

Nous rejoindrons à 14h Juliette Philippe à la bibliothèque pour la préparation de l’exposition.

 

Jean-Michel Gea (Université de Corte – LISA, UMR 6240)

Le dialecte dans l’écriture de la guerre : la part absente ?

Un peu plus de trois décennies après la généralisation de l’école publique gratuite et obligatoire, les correspondances des poilus constituent une source de renseignement utile pour à la fois mesurer la substitution linguistique et les progrès de l’apprentissage de l’écriture chez les populations rurales. Dans les lettres qu’Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, dialectophones naturels, adressent à leurs proches on relève des phénomènes d’interférence, d’emprunt, de calque ou d’hybridation à mettre au compte de leur langue maternelle. On s’interrogera cependant sur la vitalité des marques dues à leur vernaculaire car le français est déjà pour eux le moyen d’échange privilégié et ultra-prédominant. À cela, on trouvera bien sûr des points d’explication dans la coexistence inégalitaire entre le français et le dialecte qui tend à exclure ce dernier de la fonction de l’écrit. Mais la dynamique de la diglossie n’est sans doute pas seule à pouvoir rendre compte du choix de la langue. Si l’on envisage la dimension énonciative et pragmatique de la lettre, la place relative du dialecte peut s’interpréter comme liée à la construction de l’identité sociale de celui qui écrit. Prendre la langue nationale comme « langue de guerre » est peut-être aussi pour l’épistolier un moyen de légitimer son rôle et sa place de soldat dans la nation en guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *