Réunion « Corpus 14 », vendredi 24 janvier 2014, 13h-15h, bâtiment Marc Bloch, 108

Meilleurs vœux de l’équipe « Corpus 14 » pour cette année 2014 !

Lors de notre prochaine réunion, qui se tiendra vendredi 24 janvier, de 13h à 15h, au Bâtiment Marc Bloch, salle 108, nous entendrons les communications de Florence Pellegrini, Christel Le Bellec et Nicolas Bianchi.

Après cette séance, se réunira, à partir de 15h30, la commission « Exposition ».

 

Florence Pellegrini (Université de Bordeaux)

Logiques épistolaires

Cette communication s’intéressera aux modalités énonciatives et, corrélativement, aux procédures de textualisation en jeu dans les correspondances qu’Alfred Foray, André Tétard, Laurent Pouchet, Ernest Viste et Pierre Fabre ont adressées à leurs familles d’août 1914 à novembre 1916.

Pour ces Poilus que leur faible niveau d’instruction n’a pas rendu familiers de ce type d’exercice, se pose la question du comment écrire, c’est-à-dire la question du dispositif de communication et de l’élaboration textuelle, en liaison avec la visée pragmatique des énoncés produits. Si l’inscription générique ne peut, dans un tel contexte, assumer de fonction modélisante, quel(s) type(s) d’énoncé(s) et/ou de texte(s) produisent ces soldats dans les courriers qu’ils adressent à leurs proches, parents ou épouses ? Quel degré d’élaboration et de cohésion peut-on percevoir ? Quelle(s) logique(s), enfin, organise(nt) ces écrits dont le contenu informationnel semble bien n’avoir qu’une fonction secondaire. Écrire, pour Alfred, André, Laurent, Ernest et Pierre, c’est d’abord écrire en soi, maintenir une proximité par l’inscription et la transmission de sa parole, recréer mimétiquement l’espace d’une conversation, faire entendre une voix qui efface les distances et participe, en dépit de tout, de la vie familiale qui se poursuit au loin.

 

Christel Le Bellec (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

La syntaxe des tranchées

L’objectif de ce travail est d’analyser les formes syntaxiques non standards dans des lettres de poilus peu lettrés pendant la Grande Guerre. Nous tenterons d’expliquer l’utilisation particulière d’un certain nombre de faits syntaxiques à travers les fonctions (l’analogie formelle, le besoin de clarté, d’invariabilité ou d’expressivité) qu’ils sont censés satisfaire (Frei, 1929). Ainsi, d’après cet auteur, les « fautes » sont conditionnées par le fonctionnement du langage, elles remplissent des fonctions et servent à réparer les déficits du langage correct.

Nous proposerons une typologie des faits et constructions syntaxiques de caractère non standard par catégories grammaticales (déterminants, pronoms, prépositions, conjonctions, adverbes), puis nous explorerons les constructions verbales et les accords interphrastiques.

 

Nicolas Bianchi (ENS-Lyon)

Mots du peuple et pratiques de l’écrit

Cristallisation de nombreux fantasmes de l’Arrière dès les premières années de la Grande Guerre, le lexique employé dans les tranchées par les soldats du rang compte parmi les objets les plus étudiés et les plus débattus par l’historiographie du conflit au cours du XXe siècle. La controverse concernant l’existence d’un éventuel « parler poilu », la question des langues régionales ou de la place des argots, l’analyse des différentes strates de lexique militaire ont ainsi largement mobilisé les lexicographes et historiens désireux de mettre de l’ordre dans le foisonnement des publications (journaux, enquêtes, ouvrages…) recensant les vocables en usage sur la ligne de front.

Pourtant, à l’heure où les pays belligérants s’apprêtent à célébrer le centenaire de l’événement, rares sont les études qui se penchent précisément sur les spécificités du langage écrit de ces premières générations populaires à manier la plume avec une relative aisance. La présente étude tentera de questionner les lettres de notre corpus à l’aune des discours tenus à l’époque sur le vocabulaire des soldats dans leurs écrits, afin de démontrer la faible fréquence des vocables populaires par rapport à cette langue courante que l’école apprenait à maîtriser ; mais elle cherchera aussi à la justifier à travers la condition sociologique de nos soldats, et les réalités pragmatiques qui s’imposaient à eux : conscience d’habiter un univers linguistique étranger à l’Arrière, nécessité d’une prégnance de la fonction phatique dans le choix des mots.

Toutefois, après ces considérations quantitatives, il conviendra de remarquer que le lexique « populaire » est loin d’être absent de notre corpus. Venant naturellement dans le flot d’une langue sans doute déjà construite avant-guerre (« caboulot », « le jus », « se souler la gueule »), comblant des manques en langue ressentis par la plupart des soldats (« le 5e baton », « les marmites ») ou répondant à des nécessités expressives (cf. les hypocoristiques de Laurent), les termes « populaires » ont, malgré leur faiblesse quantitative, une place de choix, que nous tenterons d’analyser, et qui n’est pas sans questionner un certain nombre d’affirmations du discours scientifique sur la « langue des tranchées ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *