Le français écrit des Poilus peu lettrés (1914-1918)

29 août 2013
Par

Carte postaleTout au long du XIXe siècle, la mise en place d’une institution scolaire nationale a déterminé un développement de l’usage écrit de la langue française dans des classes sociales qui, jusqu’alors, y avaient peu accès. Les lois Ferry de 1881-1882, qui rendent l’école primaire gratuite et obligatoire, donnent un cadre législatif au système éducatif de la IIIe République. Une trentaine d’années plus tard, la  Première Guerre mondiale amène les soldats enrôlés à utiliser massivement le français écrit, principalement pour rester en relation avec leur famille. La correspondance de ces soldats constitue un témoignage archivistique précieux, exploité jusqu’ici par la recherche historique, mais beaucoup moins par la recherche linguistique.

Si les usages écrits de la norme haute du français sont bien connus et décrits, rares sont les travaux qui portent sur les usages des « peu lettrés », faute d’archives. Une partie des écrits des Poilus permet d’envisager une description systématique du français écrit peu lettré au début du XXe siècle. Au-delà de la question controversée d’un « parler poilu », l’objectif visé est de connaître l’usage réel, chez des citoyens alphabétisés mais peu lettrés, de langue française écrite, dans ses différents aspects : orthographiques, syntaxiques, lexicaux, stylistiques, pragmatiques.

Les résultats attendus se situent à plusieurs niveaux :

  • en histoire de la didactique, les descriptions obtenues pourront être exploitées par dans le but de mesurer l’efficience des structures éducatives instituées par la IIIe République
  • en histoire contemporaine, elles permettront d’accéder à une meilleure connaissance de la culture populaire au début du XXe siècle
  • en histoire de la langue française, il s’agira de combler un déficit de connaissance des usages écrits peu lettrés

en linguistique, l’écrit peu lettré est, plus généralement, un moyen de repérer des points névralgiques de la langue, d’analyser les résolutions à l’œuvre chez les scripteurs, de comprendre les tensions entre la norme et l’usage.

 

Exemple de transcription

image 2

Le 28 Octobre 1914

Cher belle soeur cher neveu
et cher Alband

Je répons de suite a vaux lettre qui
mon fait plaisir en na prenand que vous
étte tous en bonne santée car il la n’est
de méme pour moi ; Aprésent je vous
remerçi beaucoup du petit mandat
que vous mavez en voyer et en méme temp
j’ai reçu des nouvelles de la maison avec un
petit drapeau comme nous dison nous
autre ; cela fait que le méme jour j’ai reçu
9 lettres 2 vautre est une de la maison ; de
Sussargues voila déjà qu’élques jour que je nai
rien reçu mai je pense qua la prochaine
distribution jaurer des nouvelles car étand dans
les tranchée onna pas la coréspondance régulière
car on est relever chaque 48 heures ; au sujet
du tabac qu’Alband medi sur sa lettre ou
nous somme il ly a na poins ét quand a celui
que lon a droit parfoi il la du retard a laur

 

image

cela fait qu’il nous enf aut passer on est rester
qu’elque temp qu’il fallet sortir le fond des poches
pour pouvoir fumer ; je ne voi pas autre
chose a vous dire pour le moement ; joublié
de vous donner des nouvelles de Louis ébien
nous somme dans la méme compagnie et dan
la méme escouade. a coté lun deux lautre en
fin on marche ensemble ; Bien le bonjour
au voisins Reçoi chére belle soeur
les plus grande amitiées bien des
carresses à François, et les plus grandes
Amitiers aussi a Alband inci qua
ses Parents malgrées que je n’est
pas l’honneur de leur connaissance
Ton Beau frer pour la vie
Laurent Pouchet


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , ,

Posté dans : Projet Corpus 14

Laisser un commentaire


Carnets de recherche